La construction a cru légèrement en 2012 et stagnera en 2013

Le secteur de la construction en petite forme en 2012 et 2013
Le secteur de la construction en petite forme en 2012 et 2013 - © AFP PHOTO PHILIPPE HUGUEN

La construction s'est mieux portée que l'économie en 2012 en enregistrant une légère croissance de 0,8 %, a indiqué mardi la Confédération Construction qui s'attend à une stagnation (+0,1 %) pour 2013.

"Grâce à un profil trimestriel qui s'est finalement révélé en croissance en 2011, la construction a pu disposer d'un acquis de croissance dont n'a pas profité l'économie en général", souligne la Confédération Construction. D'après les premières estimations, l'économie reculera de 0,2 % en 2012. La construction enregistrera, elle, une croissance de 0,8 pc si les chiffres du quatrième trimestre, qui ne sont pas encore connus, sont d'un niveau comparable à ceux des trois premiers trimestres.

La construction résidentielle a connu une baisse de 3 % en 2012, en raison notamment du nombre peu élevé d'autorisations de bâtir délivrées en 2011. Même si les statistiques de novembre et décembre sont encore manquantes, le nombre de logements ayant fait l'objet d'un permis de bâtir en 2012 devrait augmenter de 5 %. La Confédération relève que cette hausse ne résulte pas d'une reprise de la demande mais est la conséquence d'une normalisation de la situation après les chiffres très bas de 2011.

La construction non-résidentielle a augmenté de 3 pc. Le volume des bâtiments non-résidentiels autorisés a connu une croissance de 6 %. Cette hausse résulte d'une nouvelle augmentation de la taille moyenne des bâtiments autorisés.

Le génie civil a de son côté bénéficié des élections communales avec une hausse de 5 %. Les investissements publics devraient augmenter de 1,2 %.

Le nombre de permis délivrés pour des rénovations d'habitation a légèrement augmenté (+1,5 %). La rénovation a cependant enregistré un recul (-3 pc), en raison de la baisse des rénovations énergétiques, du fait de la suppression quasi générale des avantages fiscaux pour ce type de travaux. Les rénovations de bâtiments non-résidentiels devraient également baisser.

Le secteur de la construction a connu une perte de 1800 emplois (-1 %) au troisième trimestre. Cette tendance reflète le pessimisme des entrepreneurs et des faibles gains de productivité, en raison du manque de croissance. Le secteur comptait 214 028 travailleurs au troisième trimestre 2012, d'après une estimation, contre 214 299 au deuxième trimestre.

Le nombre de faillites a connu une hausse, passant de 1693 en 2011 à 1802 l'an dernier.

Enfin, la légère croissance de 2012 ne sera plus de mise en 2013, où une stagnation (+0,1 %) est attendue. La production de logements neufs pourra encore profiter des autorisations délivrées en 2012, note la Confédération mais l'embellie ne sera que temporaire. Les entreprises ont démarré 2013 sans marge de progression dans leur carnet de commandes qui leur assure en moyenne 5,4 mois d'activité (contre 5,45 au début de l'été dernier). La rénovation de logements va continuer à souffrir de la suppression du soutien fiscal pour les mesures d'économie d'énergie et le génie civil va reculer (-3 %), après l'année électorale, tout comme l'emploi (-2 %).


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK