La consommation électrique en Belgique a baissé en 2009

Il ressort en effet des statistiques transmises à la CREG que l'énergie électrique appelée par le réseau d'Elia, en d'autres termes la consommation nette plus les pertes en réseau, a été estimée à 80 194 GWh en 2009, contre 86 095 GWh en 2008 (-6,85%).

La consommation d'électricité a fortement chuté à partir d'octobre 2008, suite à la crise économique, précise le rapport. Cette baisse de la consommation s'est poursuivie en 2009.

L'an dernier, la consommation totale de gaz naturel s'est élevée à 194,2 TWh, soit une légère hausse (+1,7%) par rapport à la consommation en 2008 (190,9 TWh). Selon la CREG, cette augmentation est le résultat, d'une part, d'une légère baisse de la consommation des clients finaux raccordés aux réseaux de distribution (-1,0%), d'une très forte diminution de la consommation des clients industriels (-18,3%); et, d'autre part, d'une augmentation considérable de la consommation destinée à la production électrique (+23,2%).

C'est la Flandre qui a surtout profité de la libéralisation

La libéralisation du marché de l'électricité au 1er janvier 2007 a surtout profité aux clients domestiques de la région flamande, peut-on lire dans le rapport annuel 2009 de la Commission de régulation de l'électricité et du gaz (CREG). En effet, en Flandre, les coûts de distribution sont, pour des raisons urbanistiques et géographiques, moins élevés que la moyenne nationale et l'octroi par la région de kWh gratuits y a en outre été maintenu.

"Bien que les tarifs de réseaux de distribution aient évolué à la hausse en 2008 et pour la période 2009-2012 et aient réduit l'avantage de la libéralisation, un bon choix de fournisseur en région flamande permet toutefois encore au consommateur résidentiel de payer un tarif moindre que le tarif régulé 2004 indexé", note la CREG.

En régions wallonne et de Bruxelles-Capitale, différents facteurs ont influencé défavorablement le prix payé par le consommateur résidentiel: des coûts de distribution plus élevés que la moyenne nationale, des tarifs des fournisseurs alignés sur ceux pratiqués en Flandre, un terme fixe en nette hausse par rapport à l'ancien tarif régulé ainsi que l'absence de kWh gratuits.

"Depuis la hausse des tarifs de réseau de distribution amorcée en 2008, la situation s'est encore aggravée. Ainsi, pour certains consommateurs, situés dans certaines zones de distribution, il n'est plus possible d'obtenir des prix plus intéressants que ceux qu'il aurait été possible d'obtenir sous l'ancien système régulé, et ce même s'ils choisissaient le fournisseur le plus compétitif", souligne le rapport.

 

Avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK