La compagnie low cost en crise: "Les pilotes n'hésitent pas à quitter Ryanair"

Le PDG de Ryanair, Michael O'Leary, pourrait perdre son sourire légendaire.
Le PDG de Ryanair, Michael O'Leary, pourrait perdre son sourire légendaire. - © ERIC LALMAND - BELGA

Demain débute la grève du personnel de cabine de Ryanair en Belgique, Espagne, Portugal et Italie. Perspectives funestes pour des milliers de vacanciers. Dans le conflit qui oppose la compagnie low cost à ses pilotes, ces derniers semblent avoir l’avantage.

Impossible encore à l’heure actuelle de déterminer précisément quel sera l’impact sur le trafic de la compagnie aérienne. On parle d’un vol sur trois annulé en Belgique mercredi et jeudi. Est-ce le début de la fin du modèle sur lequel la compagnie low cost a bâti son succès ?

Sur le papier, la stratégie de Ryanair semble porter ses fruits. Le chiffre d’affaires de l’année dernière dépasse les sept milliards d’euros, mais la grogne syndicale enfle. Pour Georges Menier, pilote retraité de Brussels Airlines qui a recueilli les témoignages de ses confrères de Ryanair. "Maintenant que le marché s’est rouvert au niveau mondial et qu’ils ont l’occasion d’aller travailler ailleurs dans de meilleures conditions, pas seulement financières mais surtout des conditions où ils sont plus respectés en tant que commandants de bord, évidemment les pilotes n’hésitent pas et quittent Ryanair. On leur dit : ‘Vole et surtout tais-toi !’. C’est ‘marche ou crève’. A la fin c’est insupportable ".

Le salaire et le carburant

Et ce n’est pas le seul défi auquel la compagnie doit faire face, confirme Bart Jourquin, professeur en économie des transports à l’UCL: "Les bénéfices de Ryanair vont probablement diminuer dans les prochaines années à cause de deux éléments importants: l’augmentation du coût salarial, parce que les conditions sociales négociées sont meilleures, et le coût du kérosène, qui augmente et qui va impacter aussi les coûts d’opération de la compagnie"

Pour Didier Lebbe, permanent CNE, la stratégie de la compagnie irlandaise doit changer. "Et je crois que c’est l’ensemble du secteur aérien qui a intérêt à ce que Ryanair arrête ces pratiques-là. Ryanair ne peut pas servir de référence pour l’ensemble des compagnies aériennes. "

Alors qu’une nouvelle crise l’attend demain, Ryanair n’a pas souhaité répondre à nos questions. Et aujourd’hui déjà, les pilotes de Ryanair sont en grève en Irlande.

>>> A LIRE AUSSI: la liste des vols maintenus et annulés.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK