La CNE demande à la direction de Ryanair d'arrêter de harceler ses affiliés

Des avions de Ryanair
Des avions de Ryanair - © Arnulf Stoffel - BELGAIMAGE

Le personnel de Ryanair serait harcelé par la compagnie aérienne irlandaise à bas coûts dans le cadre de deux journées de grève qui auront lieu fin juillet, à en croire un courrier que lui a envoyé jeudi la CNE/LBC. Dans cette lettre, le syndicat chrétien demande à la direction de changer d'attitude car elle "enfreint non seulement la législation belge concernant le harcèlement mais également toutes les normes internationales concernant le droit de grève".

Les syndicats de quatre pays européens, notamment la Belgique, avaient annoncé la semaine dernière des actions de grève coordonnées pour réclamer de meilleures conditions de travail. Les 25 et 26 juillet, les stewards de Ryanair débraieront ainsi en Belgique, au Portugal et en Espagne. L'Italie y participera seulement le 25 juillet.

Depuis lors, et alors qu'une trentaine de vols entre l'Irlande et le Royaume-Uni ont été supprimés ce jeudi en raison d'une grève des pilotes basés en Irlande, le personnel de cabine de Ryanair est soumis à une forte pression de la direction. Celle-ci leur a par exemple envoyé un mémo mercredi dans lequel elle explique comment réagir face aux syndicats et de quelle manière obéir. Seul le commandant de bord peut décider si le personnel de cabine peut arrêter de travailler quand il y a dépassement des horaires, y rappelle-t-elle notamment. "Il y a un petit nombre d'équipages qui pensent que leur confort et leurs commodités viennent avant nos passagers. Nos passagers et leurs commodités viennent toujours en premier", y affirme-t-elle encore.

Dans un courrier daté de jeudi, la CNE demande à la compagnie d'"arrêter de harceler" ses affiliés concernant ces deux journées "car non seulement vous enfreignez la législation belge concernant le harcèlement mais également toutes les normes internationales concernant le droit de grève".

Le syndicat souligne par ailleurs, qu'au regard de la législation belge sur le travail et le droit social, il a "toute la légitimité d'organiser des actions collectives allant jusqu'à la grève à partir de n'importe quel moment et pour une durée illimitée".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK