La Chine redoute une deuxième vague de coronavirus : Harbin entre en quarantaine

Berceau du coronavirus, parti de Wuhan fin 2019, la Chine craint une deuxième vague épidémique. Dans le collimateur : les personnes venant de l’étranger. Face à cette menace, la métropole de Harbin, proche de la Russie, renforce ses mesures de restriction. Une véritable quarantaine.

La ville est particulièrement touchée. De nouveaux foyers de contamination ont été découverts dans deux hôpitaux de la ville. La Chine craint donc une deuxième vague du coronavirus. Des cadenas sont apposés devant les habitations de Chinois suspectés d’être porteurs du coronavirus. Seuls les détenteurs d’un laissez-passer peuvent circuler.

Harbin a ordonné une quarantaine de vingt-huit jours et l’obligation pour les Chinois en provenance de Russie de se soumettre à plusieurs mesures : les habitants devront subir un test de température et porter un masque.

Officiellement, il y a un millier de nouveaux cas, la plupart de retour de l’étranger. Des récompenses sont mêmes promises à ceux qui dénonceraient l’entrée illégale de visiteurs dans la ville. Harbin a décidé de se barricader. Les scènes ne sont pas sans rappeler le confinement que la ville de Wuhan a connu pendant plusieurs mois.

Un virus plus contagieux

Pour les scientifiques chinois, la forme du virus serait cette fois plus contagieuse et plus difficile à détecter. Mi Feng, porte-parole de la Commission nationale de la santé, lance cet appel : "Nous ne devons pas relâcher nos efforts pour prévenir et contrôler les maladies sur une base régulière. Nous devons continuer à concentrer nos ressources et notre force technique de façon supérieure, et faire de notre mieux pour traiter chaque patient. "

Le pouvoir central chinois a déjà fait savoir qu’il avait licencié le maire adjoint de la ville d’Harbin, le chef de l’agence municipale de santé ainsi que 16 fonctionnaires locaux pour leur laxisme dans la gestion de la crise.

Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, la province du Heilongjiang a recensé 921 cas de coronavirus, dont 384 importés selon les autorités sanitaires de la région.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK