La Chine première puissance économique mondiale dès 2016, selon l'OCDE

L’OCDE (dont l'ex-Premier ministre Yves Leterme est actuellement secrétaire-général adjoint) estime, dans une nouvelle étude, que l’économie chinoise sera plus importante que toutes les économies combinées de l'eurozone d’ici à la fin de l’année et qu'elle dépassera celle des Etats-Unis dès la fin de l’année 2016.

Autrement dit, le président Barack Obama, fraîchement élu, pourrait être le dernier président américain à être la tête de la première puissance économique mondiale. Tandis que le futur président chinois qui doit être désigné par le 18ème Congrès du parti communiste (Xi Jinping est fortement pressenti) devrait être celui qui verra son pays ravir la première place du podium aux Américains.

Le PIB (produit intérieur brut) mondial devrait croître de 3% par an en moyenne durant les 50 prochaines années, selon l'étude de l’organisation basée à Paris. Mais cette croissance va être portée de manière très différenciée par les différents acteurs mondiaux. Comprenez : les économies "émergentes" les plus vivaces seront bien au-dessus de cette moyenne de croissance. Elles finiront donc par rattraper et dépasser les actuels leaders qui auront une croissance plus faible.

Une modification des rapports de force économiques qui ne gommera pas les inégalités

Ainsi, l’addition des PIB de l’Inde et de la Chine dépasseront à l’horizon 2025 les PIB combinés de tout le G7 (Allemagne, Canada, France, Italie, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Japon). La hiérarchie actuelle des forces économiques va donc être substantiellement bouleversée.

"La crise économique que nous vivons depuis cinq ans sera un jour surmontée, mais le monde dont nos enfants et nos petits-enfants vont hériter sera sans doute très différent du nôtre", estime Angel Gurría, le Secrétaire général de l'OCDE. "A mesure que les pays émergents les plus importants et les plus dynamiques occuperont une place majeure dans le paysage économique global, nous serons confrontés à de nouveaux défis pour garantir à tous un monde prospère et durable. L'éducation et la productivité devront être partout des priorités, car ce seront les principaux moteurs de la croissance à l'avenir", commente-t-il.

Mais même si les habitants des pays les plus pauvres devraient voir leur revenu multiplié par quatre d’ici à 2060 (voire par sept en ce qui concerne la Chine), cela ne gommera pas pour autant les inégalités. D’après cette même étude de l’OCDE en effet, malgré ces progrès à prévoir pour les pays les moins bien lotis d’ici 2060, les standards de vie dans les "pays émergents" se situeront toujours seulement entre 25% (pour l'Inde) et 60% (pour la Chine) de ceux des habitants des Etats-Unis.  

Julien Vlassenbroek

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK