La Chine fustige le projet des USA de vendre des armes à Taïwan

Wang Yi, ministre des Affaires étrangères chinois
Wang Yi, ministre des Affaires étrangères chinois - © ERIKA SANTELICES - AFP

La Chine a exprimé mardi son "fort mécontentement" après l'annonce la veille par les États-Unis, en pleine guerre commerciale sino-américaine, d'un projet de vente d'armes à Taïwan, une île gouvernée par un régime rival de Pékin. 

Le département d'État américain avait indiqué lundi avoir approuvé la vente de pièces détachées et de pièces de rechange pour les avions de chasse et de transport F-16, C-130 et F-5 à Taïwan pour un montant de 330 millions de dollars.

"Nous exprimons notre fort mécontentement et notre ferme opposition", a réagi Geng Shuang, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, précisant que la Chine a protesté officiellement auprès des États-Unis. "Nous exhortons la partie américaine à (...) retirer ce projet de vente d'armes et à stopper tout contact militaire avec Taïwan, sous peine de porter gravement atteinte aux relations bilatérales", a-t-il souligné lors d'un point presse régulier.

Le Congrès américain a 15 jours pour s'opposer à la transaction, mais il est peu probable qu'il le fasse. L'annonce de la vente est intervenue le jour-même de l'entrée en vigueur de nouveaux droits de douane américains sur des biens chinois représentant 200 milliards de dollars d'importations annuelles, et quelques jours après l'imposition par Washington de sanctions contre la Chine pour avoir acheté des armements russes.

La Chine considère que Taïwan fait partie intégrante de son territoire, même si l'île est dirigée par un régime rival depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949. Taïwan n'est pas reconnu comme un État indépendant par l'Onu et n'a jamais déclaré son indépendance. Elle avait d'ailleurs fait savoir au président américain qu'elle ne tolérerait pas une reprise des liens commerciaux entre Taïwan et la Chine.

Au nom du principe de la "Chine unique", le gouvernement communiste basé à Pékin interdit à tous les pays qui le reconnaissent - dont les États-Unis - d'entretenir des relations diplomatiques ou militaires avec Taïwan.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK