La Chine dément avoir espionné Renault

RTBF
RTBF - © RTBF

L'affaire d'espionnage industriel de Renault continue de faire des remous en France, mais elle provoque aussi la colère de la Chine qui dément officiellement être à l'origine des fuites.

On se croirait en plein roman policier si ce n'est qu'il est question ici de milliards d'euros : c'est la future voiture électrique de Renault qui est en jeu. Le constructeur français avait pris une sérieuse avance dans ce programme et le voila qui est éventé par des concurrents. Et pas n'importe lesquels, c'est une société chinoise qui a payé les 3 cadres de Renault soupçonnés de la manoeuvre. Ils ont été entendus mardi, ils vont être mis à pied, Renault va officiellement déposer plainte aujourd'hui.

Les  3 hommes démentent mais le groupe enquête depuis plusieurs mois. Il a été alerté par des lettres anonymes et il a recueilli des preuves de versements financiers imparables.

Les services du contre-espionnage français sont sur le pont et leurs démarches irritent la Chine qui est sortie de sa réserve, mardi, pour dénoncer des accusations sans fondements qui sont totalement irresponsables et inacceptables selon Pékin. Les événements prennent un tour diplomatique, l'espionnage industriel n'est pas qu'une affaire de roman policier !

 

Françoise Gilain

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK