La Chine défend les centrales à charbon qu'elle finance à l'étranger

La Chine a indiqué mardi qu’elle continuerait à soutenir la construction de centrales à charbon par ses entreprises dans les pays en développement, les justifiant par l’absence d’alternative.

Le président chinois Xi Jinping a annoncé en septembre que son pays commencerait à réduire ses émissions de CO2 "avant 2030" et atteindrait en 2060 la "neutralité carbone" -- c’est-à-dire en absorber autant qu’en émettre.

Des militants écologistes ont relevé ce qui apparaît à leurs yeux comme une contradiction : la Chine, via ses entreprises publiques, est également le premier investisseur mondial dans des centrales à charbon.

Cette énergie est responsable d’environ 40% des émissions planétaires de CO2.


►►► À lire aussi : Chine : une vingtaine de mineurs bloqués dans une mine de charbon, sauvetage en cours


"Beaucoup de pays en développement ne produisent pas assez d’électricité. Dans ce contexte, comment en produire sans centrale à charbon ? Les énergies renouvelables sont-elles suffisantes ?", s’est interrogé Li Gao, chef du service changement climatique au ministère de l’Environnement.

"On ne peut pas simplement arrêter de soutenir les pays en développement dans leur construction de centrales au charbon. La lutte contre le changement climatique doit également permettre aux habitants d’avoir de meilleures conditions de vie", a-t-il plaidé devant la presse.

Les centrales à charbon "répondent pleinement aux besoins concrets de ces pays" et seront construites selon "des normes très élevées, a souligné M. Li.

 

Sur le même sujet: JT 24/01/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK