"1+2 gratuits": l'inspection économique s'inquiète des promotions chocs de la chaîne Albert Heijn

Le dernier folder publicitaire d'Albert Heijn, chaîne de supermarché néerlandaise du groupe Delhaize présente en Flandre, a dévoilé plusieurs offres promotionnelles alléchantes. À l'achat d'un produit, deux seront offerts. Une action inédite en Belgique mais dont la légalité questionne l'inspection économique.

Implanté en Belgique depuis 2011, Albert Heijn a lancé récemment une promotion "1+2 gratuits" sur plusieurs de ses produits. Frites, légumes, pâtes... Ces offres alléchantes ont attiré de nombreux clients dans les magasins situés en Flandre, ravis de cette superbe réclame. Néanmoins, dans les magasins de l'enseigne, ce sont les plaintes qui se font entendre : la plupart des rayons qui affichent cette promotion sont entièrement vide et certains voient ces pancartes en jaune éclatants comme de simples appâts.

Est-ce légal?

Véritable coup dur pour les chaînes de magasins concurrentes en Belgique, Colruyt a été forcée de réagir face à ces promotions chocs. La chaîne belge confirme tenir sa promesse de prix les plus bas sur le marché et est, par conséquent, s'est alignée aux tarifs d'Albert Heijn.

Bien que cette stratégie de marketing pose question légalement, la Belgique n'interdit pas ce type de pratiques bien qu'elle puisse s'avérer dangereuse pour la survie des chaînes belges ainsi que leurs fournisseurs. Concrètement, la chaîne de magasin achète de grandes quantités à ses fournisseurs et reçoit des suppléments de stock en cadeau. Ce sont ces "bonus" gratuits qu'elle offre à ses clients à prix cassés.

La vente à perte est cependant interdite dans notre pays. Selon le magazine Gondola, il semblerait que plusieurs fournisseurs d'Albert Heijn n'étaient pas au courant de leurs promotions chocs. Des promotions susceptibles de lancer une course aux prix les plus bas et c'est exactement cela qui inquiète l'inspection économique. L'organisme pense que ce genre de réclames ne sont pas tenable sur la durée pour tout le secteur.

 

Possible en Wallonie ?

La chaîne Albert Heijn étant exclusivement située en Flandre, ces promotions attrayantes n'étaient pas à portée directe des consommateurs wallons et ne le seront probablement pas non plus à l'avenir. Selon Christophe Sancy, rédacteur en chef de Gondola, le groupe auquel appartient Albert Heijn, Ahold Delhaize, a peu de chances de se développer à Bruxelles et en Région wallonne.

L'un des gros avantages que possède Albert Heijn en comparaison avec les autres chaînes belges est qu'une mutualisation des achats avec les Pays-Bas est possible. De ce fait, ces derniers ne doivent pas concevoir des emballages bilingues si ils se cantonnent à la Flandre. De nouvelles étiquettes seraient nécessaires si le groupe se développait de l'autre côté  de la frontière linguistique. 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK