La Biélorussie paie, Gazprom rouvre le gaz

RTBF
RTBF - © RTBF

Le géant gazier russe Gazprom a pris la décision de rétablir en totalité ses livraisons de gaz vers le Bélarus, a indiqué jeudi la porte-parole du Kremklin, Natalia Timakova.

La porte-parole a précisé aux agences russes que cette décision était due au fait que le Bélarus avait honoré sa dette gazière.

"Gazprom a décidé de reprendre les livraisons de gaz pour le Bélarus", a indiqué à l'AFP Nataliae Timakova. Le groupe russe les avait progressivement réduites ces derniers jours en raison d'un conflit financier.

"Au cours d'une conversation téléphonique, (le patron de Gazprom Alexeï) Miller a informé le président (Dmitri Medvedev) que la partie bélarusse avait entièrement payé pour les livraisons de gaz conformément à son contrat, et Gazprom a pris la décision de rétablir les livraisons de gaz vers le Bélarus à plein régime", a-t-elle dit.

La Biélorussie (le Bélarus) avait annoncé dès mercredi soir avoir réglé la totalité de sa dette gazière envers Gazprom.

Mais le conflit entre la Russie et le Bélarus n'apparaît pas forcément réglé pour autant, Minsk réclamant de son côté 260 millions de dollars à la Russie pour le transit du gaz sur son territoire, vers l'Europe.

Le Bélarus a menacé mercredi soir d'interrompre ce transit si Moscou ne réglait pas de son côté sa facture pour le transit d'ici à jeudi 07h00 GMT (09h00 HB).

Interrogé jeudi matin par l'AFP sur cet ultimatum, le porte-parole de Gazprom, Sergueï Kouprianov, a indiqué que Gazprom "était en train de décider" ce qu'il allait faire.

Gazprom reprochait jusqu'ici au Bélarus de régler ses importations de gaz à un prix inférieur à celui qui est prévu dans le contrat. Depuis lundi, le groupe a réduit progressivement ses livraisons à Minsk, passant à 60% mercredi, et avait prévenu qu'il pourrait aller jusqu'à 85% en l'absence d'un accord.

La compagnie lituanienne de gaz Lietuvos Dujos a annoncé mercredi que les livraisons de gaz à la Lituanie et à l'enclave russe de Kaliningrad via le Bélarus avaient déjà chuté de plus de 40%.

De son côté, la Commission européenne a fait mercredi état de chute d'"environ 50%" en Lituanie, et s'est dite "très préoccupée".

Par la voix de son commissaire à l'Energie, l'Allemand Günter Oettinger, elle a déclaré que la réduction de livraisons de gaz russe à la Lituanie constituait une "attaque" contre toute l'UE, et exhorté le Bélarus et la Russie à régler "dans les prochains jours" leur différend.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK