La Belgique également frappée par la cyberattaque mondiale

La cyberattaque qui a initialement visé la Russie et l'Ukraine se répand également ailleurs dans le monde. L'armateur danois Maersk, qui opère notamment à partir du port de Zeebruges, et l'entreprise pharma MSD active en Belgique ont également été touchés. Pour le reste, la Federal Computer Crime Unit (FFCU) n'a pas encore reçu de signalement quant à une entreprise affectée, indique son directeur Walter Coenraets.

La cyberattaque a frappé dans un premier temps les autorités ukrainiennes et le géant énergétique russe Rosneft. Les pirates exigent 300 dollars par ordinateur contaminé, selon la société russe spécialisée en piratage informatique Group-IB.

En Belgique, Maersk, via sa filiale APM, éprouve actuellement des difficultés à opérer sur ses terminaux à Zeebruges. "Le système informatique qui gère ces opérations est actuellement hors service. Nous devons tout faire manuellement", explique Joachim Coens, directeur du port brugeois.

Le producteur de médicaments MSD rencontre également des problèmes, a confirmé son directeur de la communication. MSD est une filiale du géant Merck, qui a été la première atteinte par le virus sur le sol américain.

L'entreprise alimentaire Mondelez est aussi confrontée à des problèmes informatiques, rapporte De Tijd.

Conseils

La Federal Computer Crime Unit (FCCU) indique ne pas encore avoir connaissance d'autres entreprises belges infectées. Le directeur de l'unité, Walter Coenraets conseille à toutes les entreprises touchées de prendre immédiatement contact avec la FCCU

Les conseils sont les mêmes que pour toute attaque: ne jamais ouvrir de mail et d'annexe dont on n'est pas sûr de la provenance. Si le système est infecté, il faut le débrancher immédiatement et ne surtout pas le redémarrer.

Les entreprises ou personnes privées attaquées par le virus peuvent se rendre sur le site de la Federal Cyber Emergency Team afin de se renseigner ou de déposer plainte. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK