La Belgique attractive, "parce qu'on y licencie facilement"

La Belgique attractive, "parce qu'on y licencie facilement"
2 images
La Belgique attractive, "parce qu'on y licencie facilement" - © Tous droits réservés

Peut-on tout dire pour attirer chez nous des investisseurs étrangers ? Notre pays a des atouts mais une campagne à destination du Japon choque : parmi les arguments avancés, il y a la facilité de licencier chez nous.

La Belgium Japan Association réunit des hommes d'affaires, mais aussi des agences officielles flamandes, wallonnes et bruxelloise.

Dans une brochure, elle tente d'amadouer les investisseurs japonais. Comment ? En vantant des travailleurs bien formés, multilingues, une fiscalité attractive avec les intérêts notionnels. Mais, plus surprenant, cette organisation vante aussi un pays où on peut facilement engager et facilement licencier.

La  Belgian Japan Association cite la Banque Mondiale pour prouver que sur ce point précis, la Belgique fait mieux que l'Allemagne, la France, les Pays Bas et le Royaume Uni.

Du coup, le SETCA flamand n'apprécie pas le message et relève qu'on peut licencier plus facilement chez nous qu'à l'étranger. Pour Johan Crombez le secrétaire d’État à  la lutte contre la fraude, cité dans le Nieuwsblad, on ne peut pas réduire la Belgique à un endroit où on peut facilement licencier. Le président du CD&V est moins sévère. Pour Wouter Beke, c'est positif que les employeurs mettent certains avantages en vitrine. Mais cette brochure à destination du Japon risque encore de faire parler d'elle.

RTBF, avec A. Meeus

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK