Le pouvoir d'achat baisse et cela inquiète les Belges

Dans un supermarché
Dans un supermarché - © ERIC LALMAND (archives belga)

La crise a toujours un impact important sur la population belge, principalement sur les personnes aux revenus les plus modestes. Les consommateurs s'inquiètent avant tout de la baisse du pouvoir d'achat et de la pauvreté (41%).

C'est ce que révèle vendredi une étude du Crioc (Centre de Recherche et d'Information des Organisations de Consommateurs).
Les Belges se préoccupent aussi de la montée du chômage (33%), de l'insécurité (27%), de l'éclatement de la Belgique (27%) et du racisme (22%). Si les consommateurs diminuent leurs dépenses dans tous les postes du budget du ménage depuis 2008, ils font surtout des économies sur les dépenses d'énergie, dans les sorties, l'utilisation de la voiture, les voyages, l'habillement et les loisirs.
Selon le Crioc, 39% des 700 personnes interrogées en juillet dernier ont indiqué avoir dépensé moins d'argent en voyages au cours des six derniers mois, un pourcentage qui n'a jamais été aussi élevé depuis la première enquête de ce type menée en 2008. Le constat est le même pour les dépenses en habillement (38%), l'électroménager (43%) et les télécommunications (37%).
Par ailleurs, plus d'un consommateur sur trois (39%) a également économisé sur les soins de santé. Sur la même période, 30% des répondants ont réduit leurs dépenses en alimentation, 39% celles en tabac et alcool, 40% celles en sorties et 45% celles liées à l'électricité, le gaz et l'eau.
Les Bruxellois privilégient les économies d'énergie, les achats en promotion et la réduction des sorties, tandis que les Wallons disent établir plus de menus pour économiser sur l'alimentaire et que les Flamands achètent davantage à l'étranger et s'attaquent à leurs dépenses en matière de voiture.

Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK