L'Ukraine obtient un sauvetage financier du FMI

L'égérie de la Révolution orange et ex-Premier ministre, Ioulia Timochenko, à Kiev le 27 mars 2014
3 images
L'égérie de la Révolution orange et ex-Premier ministre, Ioulia Timochenko, à Kiev le 27 mars 2014 - © Genya Savilov

L'Ukraine a obtenu jeudi la promesse d'une aide financière vitale du Fonds monétaire international pouvant atteindre 18 milliards de dollars, mais liée à des mesures d'austérité qui s'annoncent controversées au moment où Ioulia Timochenko a lancé la course à la présidence.

"Aucun des hommes politiques ukrainiens qui se préparent à être candidats à la présidence ne prend la mesure de l'anarchie et ne s'apprête à l'arrêter", a lancé l'ex-Premier ministre en annonçant sa candidature à l'élection du 25 mai.

Faisant de Vladimir Poutine sa cible numéro un, elle a promis de mettre fin à l'"agression" de la Russie qui a pris la Crimée et a massé, affirme Kiev, près de 100.000 soldats à la frontière avec l'Ukraine orientale, russophone et en proie à des tensions séparatistes.

A 53 ans, l'ennemie jurée du président déchu Viktor Ianoukovitch, qui avait électrisé la Révolution orange et sort de deux ans et demi de détention, se prépare à un combat difficile. Elle est devancée dans les sondages par le milliardaire et ancien ministre Petro Porochenko et l'ex-champion de boxe Vitali Klitschko, qui pourraient unir leurs forces face à la "dame de fer" ukrainienne.

L'équipe qui sortira en tête sera chargée d'appliquer de sévères mesures d'austérité arrachées par le FMI pour accepter de venir en aide pour la troisième fois depuis 2008 à l'ex-république soviétique, Moscou refusant d'apporter tout soutien au pouvoir pro-européen en place actuellement.

Au menu pour les Ukrainiens : hausse des prix du gaz de 50% pour les ménages dès le 1er mai, gel des retraites et des salaires des fonctionnaires.

En échange, Kiev peut se féliciter de bénéficier d'un plan de sauvetage massif de ses finances, de 27 milliards de dollars sur deux ans. A lui seul, le Fonds monétaire international compte ouvrir une ligne de crédit comprise entre 14 et 18 milliards de dollars, qui s'ajoutera aux sommes mises sur la table notamment par Washington (un milliard de dollars) et Bruxelles (1,6 milliard d'euros).

Son conseil d'administration pourrait la valider dès le mois d'avril, ouvrant la porte au versement, avant même la présidentielle, d'une première tranche dont le montant reste à déterminer, a expliqué le chef de la mission du Fonds au travail à Kiev depuis plus de trois semaines, Nikolay Gueorguiev, au cours d'une conférence de presse.

Douloureuses réformes

"Nous sommes passés d'une approche populiste à une approche pragmatique et nous sommes conscients que cela ne sera pas apprécié par tous", a reconnu le gouverneur de la banque centrale Stepan Koubiv. "Certaines réformes seront douloureuses", a-t-il ajouté.

Le Fonds demande également à l'Ukraine de laisser filer sa monnaie, qui a perdu près du quart de sa valeur depuis le début de l'année, et de lutter contre la corruption la gangrenant.

Le FMI, souvent accusé de saigner les pays qu'il aide avec ses mesures d'austérité, a insisté sur la mise en place de nouveaux programmes d'aide sociale pour 30% de la population, remplaçant les subventions pour le gaz.

Kiev peut se féliciter d'un autre soutien, sur le front diplomatique. L'Assemblée générale de l'ONU a voté la résolution, non contraignante, que l'Ukraine avait soumise et qui dénonce le référendum en Crimée et le rattachement de cette péninsule à la Russie.

Poutine défie les Occidentaux

De son côté, la chancelière allemande Angela Merkel a dit espérer que la menace de sanctions supplémentaires à l'encontre de la Russie suffirait à la dissuader de poursuivre l'escalade.

Moscou commence déjà à subir les effets des premières sanctions occidentales avec une fuite des capitaux massive qui a poussé le gouvernement russe à revoir ses prévisions de croissance pour l'année à seulement 0,6%.

Imperméable aux menaces, Vladimir Poutine a lancé un nouveau défi aux Occidentaux en annonçant la création d'un système russe de paiement pour tenter de remplacer les géants américains Visa et Mastercard.

Après avoir menacé Moscou d'isolement mercredi, le président des Etats-Unis Barack Obama a qualifié jeudi à Rome de "grand pas en avant" l'accord avec entre Kiev et le FMI, qui "aidera à stabiliser l'économie et à répondre aux besoins des Ukrainiens à long terme".

Le temps presse pour stabiliser l'Ukraine, sortie de justesse de la récession fin 2013 et frappée de plein fouet par la crise politique, qui devrait entraîner une chute de 3% de son produit intérieur brut cette année selon le gouvernement.

Insistant sur l'urgence de la situation, le Premier ministre Arseni Iatseniouk a présenté devant le Parlement un ensemble de mesures de réduction du train de vie de l'Etat : baisse rapide de 10% des effectifs de l'administration (24.000 personnes), vente de terrains et propriétés, taxes sur les plus riches, suppression de subventions aux mines.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK