L'Organisation internationale du travail l'affirme: le chômage continuera d'augmenter

En 2019, plus de 212 millions de personnes seront privées d'emploi, en hausse par rapport aux 201 millions actuellement recensés, selon le rapport annuel de l'OIT sur les "Perspectives de l'emploi dans le monde et les tendances pour 2015". "Plus de 61 millions d'emplois ont été perdus depuis le début de la crise mondiale en 2008. Nos projections montrent que le chômage continuera de s'aggraver jusqu'à la fin de la décennie. La crise de l'emploi est loin d'être terminée", a déclaré lundi à Genève le directeur général de l'OIT Guy Ryder.

Le chômage devrait s'accroître de quelque trois millions de personnes dans le monde, en 2015, et de huit millions supplémentaires dans les quatre années suivantes.

Si la situation de l'emploi s'est améliorée aux États-Unis et au Japon, elle reste difficile dans plusieurs économies avancées, surtout en Europe.

Les jeunes travailleurs âgés de 15 à 24 ans sont tout particulièrement frappés par la crise, avec un taux mondial du chômage des jeunes de près de 13% en 2014. Quelque 74 millions de jeunes étaient à la recherche d'un emploi l'an dernier. Une nouvelle hausse est attendue dans les années à venir.

Selon le rapport, les pays ont éprouvé des difficultés à rebondir après la crise du fait des inégalités grandissantes et des perspectives incertaines en matière d'investissement des entreprises. Après une période d'embellie où les résultats ont été meilleurs que la moyenne mondiale, un certain nombre de pays en développement à revenu moyen voient leur situation se détériorer, comme l'Amérique latine et les Caraïbes, la Chine, la Russie et certains pays arabes, relève l'OIT.

La situation de l'emploi ne s'est guère améliorée en Afrique subsaharienne, malgré une croissance économique en hausse. Dans la plupart de ces pays, le sous-emploi et l'emploi informel devraient rester irréductiblement élevés. Le rapport indique aussi que les inégalités de revenu vont continuer de s'amplifier: les 10% les plus riches vont gagner 30 à 40% du revenu total tandis que les 10% les plus pauvres vont gagner de 2 à 7% du revenu total.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK