L'Oréal renoue avec la croissance de son bénéfice

Tout en soulignant "le caractère peu représentatif d'un semestre", le directeur général Jean-Paul Agon s'est félicité de la "forte croissance" des quatre divisions et de tous les marchés de L'Oréal.

Quelques semaines après la publication d'un chiffre d'affaires lui aussi en nette progression, ces nouveaux chiffres ont une nouvelle fois donné l'occasion à M. Agon de se dire "conforté" dans ses "choix stratégiques".

Le directeur général s'est réjoui de la "très bonne maîtrise" des frais administratifs et commerciaux (3,2% du chiffre d'affaires contre 3,3% un an auparavant) obtenue grâce aux efforts engagés depuis deux ans.

"Le résultat d'exploitation progresse deux fois plus vite que le chiffre d'affaires et permet de retrouver un niveau de marge record", a-t-il souligné.

L'affaire Betancourt-Woert "n'impacte pas" les résultats

A 17,3%, la marge opérationnelle de L'Oréal dépasse de loin celle enregistrée au premier semestre 2009 (15,7%) et celle de l'ensemble de l'exercice écoulé (14,8%).

Cette amélioration touche quasiment toutes les branches du groupe, la division produits de luxe, au sein de laquelle a été intégré Yves Saint-Laurent Beauté, voyant même sa marge passer de 12% à 18%.

Seules les branches produits grand public et cosmétique active voient leur marge légèrement baisser (respectivement de 20,7% à 20,4% et de 27,3% à 26,9%).

Le résultat d'exploitation du groupe a atteint 1,7 milliard d'euros au premier semestre (+21,4%). Le chiffre d'affaires, dopé notamment par les pays émergents et un effet de change positif, a atteint 9,67 milliards (+10,2%).

Le résultat net, en hausse de 21,2%, est conforme au consensus réalisé par Dow Jones Newswires qui tablait sur 1,3 milliard.

Au premier semestre 2009, le bénéfice du groupe avait vu son résultat plonger de 13,7% à 1,084 milliard d'euros.

"Nous abordons ce deuxième semestre avec confiance et l'ambition de continuer à renforcer sur l'ensemble de l'année nos positions mondiales et la rentabilité de nos activités", conclut-il, sans donner plus de précision sur les objectifs annuels du groupe.

En février, à l'occasion de la présentation de ses résultats annuels 2009, marqués par une baisse de 0,4% de ses ventes et de 8% de son résultat, le groupe avait simplement assuré viser un retour à la croissance de son chiffre d'affaires et de son bénéfice en 2010.

Dans une interview publié sur le site internet des Echos, Jean-Paul Agon a par ailleurs assuré que l'affaire entourant Liliane Bettencourt, première actionnaire de L'Oréal, n'impactait "pas la bonne marche du groupe".

"Sa gouvernance est restée intacte, avec une famille totalement unie dans ses décisions au sein du conseil d'administration", a-t-il affirmé.

La direction du groupe, resté quasi muet sur l'affaire opposant Liliane Bettencourt, à sa fille, Françoise Bettencourt-Meyers, pourrait de nouveau s'exprimer jeudi sur la question, lors de la présentation à la presse de ces résultats.

Jean-Paul Agon s'est aussi montré serein concernant l'avenir de l'actionnariat de la société, alors que Peter Brabeck, patron de Nestlé qui détient 29,8% du capital de L'Oréal, a indiqué mercredi ne pas avoir pris de décision sur l'avenir de cette participation.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK