L'Open VLD veut élargir le "tax shelter" aux arts de la scène

L'Open VLD veut élargir le "tax shelter" aux arts de la scène
L'Open VLD veut élargir le "tax shelter" aux arts de la scène - © Eric Lalmand (Archive Belga)

L'Open VLD a élaboré une proposition de loi visant à étendre aux arts de la scène le bénéfice du "tax shelter", un régime fédéral de déduction fiscale actuellement réservé au cinéma. Notant les succès engrangés par le cinéma belge grâce à ce mécanisme, le parti veut en faire profiter d'autres secteurs.

L'Open VLD veut que le tax shelter soit élargi au théâtre, à l'opéra, à la danse et aux concerts. Les bénéfices pourraient être exonérés d'impôt à hauteur de 150% des montants investis, avec une limite de 750 000 euros.

Le sénateur Rik Daems et la ministre démissionnaire de l'Intérieur Annemie Turtelboom ont dévoilé vendredi leur proposition à Anvers, au Ballet van Vlaanderen, l'une des institutions culturelles qui pourrait profiter de ce système.

"Le monde des entreprises est également demandeur d'un élargissement", a insisté Rik Daems. "En outre, une étude de l'UCL a montré que le tax shelter finit par rapporter plus d'argent qu'il n'en coûte (à l'Etat). Pour chaque euro dépensé, 1,4 euro est récupéré".

Le service d'étude de l'Open VLD a calculé par ailleurs que le tax shelter représente environ 20% du budget des principaux films flamands. Le secteur audiovisuel flamand aurait enregistré une croissance de 70% depuis le lancement du mécanisme en 2004.

Les libéraux flamands veulent dès lors en faire profiter les arts de la scène, d'autant plus que la Flandre a réduit récemment ses subventions au secteur culturel.

Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK