L'olive noire au cœur d'un conflit économique entre l'Europe et les Etats-Unis

L’olive noire au cœur d'un conflit économique entre l'Europe et les Etats-Unis
L’olive noire au cœur d'un conflit économique entre l'Europe et les Etats-Unis - © pixabay.com - Ajale - CC0 Creative Commons

États-Unis versus Union Européenne : suite ! En jeu cette fois : les olives. Depuis le mois d’août 2018, les olives européennes sont taxées à l’entrée aux États-Unis… entre 7 et 27%. « Les Européens exportent des olives de table à des tarifs inférieurs au prix coûtant. Ils bénéficient des subsides agricoles. C’est de la concurrence déloyale ! » De leur côté, les producteurs européens estiment cette taxe injuste, inappropriée.

Inférieur à 70 millions d’euros annuels, le marché transatlantique pèse nettement moins que ceux de l’acier et de l’automobile. Mais l’Europe craint une contagion à d’autres produits alimentaires. Et c’est afin de défendre les producteurs d’olives, mais aussi de vins, de fromages… que l’Union européenne en appelle à l’arbitrage de l’OMC (l’organisation mondiale du commerce) dans son différend avec les États-Unis.

Activité aléatoire

Principaux concernés au titre de premiers producteurs mondiaux d’olives et de premiers exportateurs vers les États-Unis, les Espagnols en subissent déjà les contrecoups. Une grande coopérative entre Seville et Grenade a licencié une partie de son personnel. Agrosevilla livre 72 pays différents et un quart de sa production part aux États-Unis.

Or, les Américains consomment volontiers l’olive noire de table, dans les sandwichs, les salades et les pizzas. A raison de 80%, ils dépendent du marché international. D’où une montée des prix, tant de l’olive produite sur place (20%) que celle qui est importée.

Plus généralement, la culture des olives reste une activité aléatoire. Le climat et la maladie influencent une récolte. Apparue en 2013, la maladie de l’olivier a durement frappé quelques régions deux ans plus tard. Dans les Pouilles, un million d’oliviers a été détruit.

Si les conditions climatiques ne sont pas réunies, la récolte annuelle peut baisser de près de 90%. Quelles sont ces conditions ? Un hiver très froid, un été très chaud et de bonnes petites pluies fin août et fin septembre. Les olives mûrissent plus lentement que le raisin.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK