L'OCDE ? De fieffés socialistes !?

Finalement, l’OCDE félicite la Belgique et le Bureau du Plan dépeint un avenir guère réjouissant.

L’OCDE loue l’action passée du gouvernement belge… donc l’action de l’équipe Di Rupo !

Félicitations

Quand le secrétaire-général de l’OCDE constate que la Belgique a bien travaillé, a bien géré la crise ou que la Belgique est un des rares pays de la zone euro où le produit intérieur brut est supérieur à ce qu’il était avant la crise , Charles Michel a beau rosir de plaisir tout cela est dû essentiellement… à la non-action gouvernementale de la longue crise de 2010-2011 quand le pays n’a pas appliqué l’austérité recommandée alors !

Le gouvernement d’union nationale d’Elio Di Rupo aura fait le reste. C’est donc en n’ayant pas appliqué alors les recettes revendiquées aujourd’hui par la N-VA que la Belgique s’en est sans doute mieux sortie que d’autres.

De plus, pourtant très orthodoxe quand il faut suivre les recommandations des grandes instances économiques internationales, la N-VA fera vraisemblablement la sourde oreille au souhait de l’OCDE de mettre fin au système fiscal des voitures de société, sujet tabou pour Bart De Wever. De même quand la même institution envisage une augmentation de l’impôt sur les revenus du capital.

D’aucuns ne manquent déjà pas de faire remarquer que ce satisfecit a pu être obtenu en maintenant l’indexation automatique des salaires et d’autres que le gouvernement Di Rupo a donc bel et bien mené une politique de droite…

L’OCDE conforte malgré tout le choix de l’actuelle coalition de reporter l’âge de la retraite ou d'envisager un saut d'index.

Emplois

Lorsque le gouvernement fédéral a présenté son train de mesures sociales et économiques, Charles Michel et Kris Peeters brandissaient une étude de la Banque Nationale qui annonçait grâce à cela, la création de plus de 60.000 emplois.

Sans contredire ces chiffres, bien au contraire, le Bureau du Plan va plus loin mais de manière plus complète en tenant compte des mesures d’économies drastiques imposées à l’état fédéral. Et selon le Bureau du Plan, ces mesures sont destructrices d’emplois, ce dont la Banque Nationale n’avait pas tenu compte.

Résultat : un peu plus de 16.000 emplois seulement seraient créés d’ici 2020 dans le secteur privé. Il y a pour l’instant plus de 600.000 chômeurs en Belgique.

La situation de l’emploi restera donc très précaire. De nouvelles économies budgétaires s’annoncent. Le gouvernement fédéral pourra toujours dire que sans les mesures envisagées, ce serait pire encore et séduire peut-être ainsi à son tour, la vénérable OCDE.

 

Philippe Walkowiak

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK