L'informatique pour trouver un emploi en Belgique

214.000 Belges travaillaient dans le secteur des TIC en 2017.
214.000 Belges travaillaient dans le secteur des TIC en 2017. - © KIRILL KUDRYAVTSEV - AFP

Ce lundi, Statbel, l’office belge de statistique, a publié quelques chiffres sur les spécialistes des technologies de l’information et de la communication (TIC). Le constat est simple : les feux sont au vert pour l’informatique au sein du marché belge du travail.

Près de 5% de la population dans le secteur des TIC

Selon une enquête sur les forces de travail de 2017, 214.000 Belges sont dans le domaine de l’informatique. Ce pourcentage a doublé en comparaison avec la situation d’il y a dix ans. Il est également supérieur de presque 1% à la moyenne européenne.


►►► A lire aussi: Jeunes et TIC: bien apprendre à lire et à compter facilite l'initiation


Parmi les postes dans les TIC les plus nombreux, l’enquête place le métier d’analyste de système en première position, avec un travailleur sur cinq dans ce milieu. Le secteur qui emploie le plus dans la branche est celui de l’information et la communication, avec une majorité de 41% par rapport aux autres secteurs.

Un secteur qui emploie

Les personnes avec une formation liée aux TIC sont très sollicitées sur le marché de l’emploi belge. Ils sont seulement 11.000 inactifs à avoir ce type de formation, soit un taux de chômage de 5%. En 2017, le taux d’emploi des profils TIC s’élevait à plus de huit personnes sur dix. Il s’agit d’une énorme différence en comparaison avec un taux d’emploi global de 68%.

Un haut taux de vacance d’emploi

Une enquête sur les postes vacants en 2018 démontre que le taux de vacance d’emploi (TVE) est particulièrement élevé au sein des TIC, particulièrement pour le secteur qui emploie le plus : l’information et la communication. La région flamande possède le plus haut TVE avec 8%, deux fois plus qu’en Wallonie et Bruxelles. Près d’une entreprise sur dix déclare éprouver des difficultés à pourvoir les emplois vacants.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK