L'inflation ralentit, mais rogne quand même notre pouvoir d'achat

L'inflation ralentit, mais rogne quand même notre pouvoir d'achat
L'inflation ralentit, mais rogne quand même notre pouvoir d'achat - © ALINE BRUGMANS - BELGA

L'inflation a sensiblement ralenti au premier trimestre en Belgique, selon l'Observatoire des prix.

L'indice des prix à la consommation a en effet augmenté de 2% alors qu'au dernier trimestre 2018, le rythme de l'inflation en base annuelle était de 2,8%.

Principal élément d'explication à ce ralentissement marqué : la hausse des prix des produits énergétiques s'est un peu calmée. Peter Van Herreweghe, directeur de l'Observatoire des prix, précise: « On avait connu une inflation de 13 % dans le quatrième trimestre de 2018 alors que maintenant, l'inflation pour les produits énergétiques est à 6,3 %, c'est la moitié du dernier trimestre ».

Gros coup de frein donc sur la hausse des prix de l'énergie. Mais ils ont tout de même monté. En moyenne 4,5% de plus sur un an pour les carburants, un peu plus de 6% de hausse pour le mazout de chauffage et le gaz naturel et presque 9% pour l'électricité.

Et les baisses de prix sont très rares. C'est le cas pour les équipements de téléphonie par exemple ou encore les fruits.

L'inflation a donc rogné notre pouvoir d'achat ?

Oui. D'abord parce que la modération salariale, par exemple le saut d'index, a grippé les mécanismes d'indexation des revenus qui sont censés amortir la hausse des prix. Autre élément, comme le soulignait d'ailleurs la Banque Nationale dans son dernier rapport annuel, « l'indexation des revenus n'englobe pas certaines catégories de produits de sorte que le pouvoir d'achat peut s'en trouver écorné  ». 

Un exemple caractéristique : les carburants.

La vie coûte-t-elle plus cher qu'auparavant ? (Journal télévisé 01/05/2019)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK