La redistribution des richesses fonctionne de moins en moins bien, selon une étude de la KUL

L'impact de la redistribution des richesses s'amenuise, selon une étude de la KUL
L'impact de la redistribution des richesses s'amenuise, selon une étude de la KUL - © THOMAS SAMSON - AFP

Le gouvernement parvient moins qu'auparavant à sortir des personnes de la pauvreté grâce à la redistribution des richesses, ressort-il mardi d'une étude du Centre pour la recherche sociologique de l'Université de Leuven (KUL). Ce dernier s'est penché sur la situation de la classe moyenne inférieure en Belgique, à la demande des groupes de réflexion Minerva et Decenniumdoelen, une coalition de treize organisations (dont des syndicats et mutualités) contre la pauvreté.

Les scientifiques ont réalisé une étude comparative de trois enquêtes menées dans les ménages belges. Ils ont ensuite répertorié les revenus et conditions de vie de la population belge sur 30 ans.

L'étude se penche sur la classe moyenne dite inférieure, soit les tranches de revenus les plus basses de la classe moyenne. Celle-ci est restée stable en termes de taille, environ 18% de la population belge, mais sa composition a évolué.

Ce groupe a considérablement vieilli et "la part de familles monoparentales et de personnes isolées a presque triplé en 20 ans", explique le chercheur Wim Van Lancker.

Des retraités propriétaires de leur logement

Par ailleurs, bien que davantage de retraités appartiennent à la classe moyenne inférieure, il semble que leur niveau de vie soit plus élevé que la population active de la même classe. Ceci s'explique parce qu'ils sont souvent propriétaires de leur logement, qu'ils ont en outre fini de payer.

Les personnes en âge de travailler de cette classe sont moins souvent propriétaires d'une habitation, et la majorité des propriétaires doivent encore s'acquitter du payement de leur maison. En outre, les salaires de la classe moyenne inférieure croissent moins vite que ceux ayant des revenus plus élevés.

Mobilité sociale

Cependant, la classe moyenne inférieure représente souvent, pour la population active, une étape plutôt qu'une destination finale. La mobilité sociale - qui permet de gravir ou de descendre des échelons - est la plus importante de toutes les tranches de revenus. Alors que 34% de cette population active grimpe dans les classes sociales, 21% tombe dans la pauvreté. "Ceux qui chutent sont surtout les personnes peu éduquées, les locataires et les chômeurs", explique Wim Van Lancker.

L'action du gouvernement s'est elle amenuisée. Par rapport à 1985, l'effet de la redistribution des richesses a drastiquement changé. A cette époque, après redistribution, 33% des personnes en situation de pauvreté et 34% des personnes dans la classe moyenne inférieure amélioraient leur situation. En 2016, ces proportions ont chuté respectivement à 28 et 27%. Ceci alors que de plus en plus de personnes voient leur situation s'aggraver. En 1985, 17% sont tombées dans la pauvreté à la suite de l'intervention du gouvernement. Ce chiffre a atteint 28% en 2016.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK