L'eurozone prête à aider les banques d'Espagne si Madrid le demande

"Si jamais l'Espagne demandait d'appuyer son secteur bancaire, cela serait évidemment fait", a affirmé M. Juncker à Bruxelles devant la presse.

"Il est trop tôt pour spéculer sur des chiffres", a-t-il estimé, soulignant que pour l'heure, "l'Espagne n'a pas formulé de demande" même si son "secteur bancaire est sous stress".

Pour le reste, "la situation de l'Espagne évolue plutôt bien. Le gouvernement espagnol a pris toutes les mesures de consolidation qu'il fallait prendre", a-t-il ajouté.

Ne sauver que les banques?

Interrogé sur la possibilité d'aider directement le secteur bancaire, il a jugé qu'il s'agissait avant tout d'"un problème juridique".

Les Européens réfléchissent aux moyens d'aider l'Espagne et son secteur bancaire, fragilisé par les actifs immobiliers risqués depuis l'éclatement de la bulle en 2008.

Une idée serait de sauver uniquement les banques à travers l'Etat espagnol qui donnerait ensuite cet argent au Frob, le fonds public d'aide au secteur.

Le journal El Economista affirmait jeudi que Berlin accepterait finalement cette solution, ce qui n'a pas été confirmé officiellement.

Les scénarios possibles pour remédier à la situation de l'Espagne (comme de la Grèce) seront au centre des discussions du sommet de l'Union européenne qui aura lieu les 28 et 29 juin à Bruxelles.

Ce qui est certain est que l'urgence d'agir pour enrayer la spirale négative se confirme alors que, ce jeudi, l'agence d'évaluation financière Fitch a abaissé de trois crans la note espagnole, la portant de A à BBB, et l'a assortie d'une perspective négative.

Ju. Vl. et Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK