L'éolien wallon plombé par le phénomène "Not In My BackYard"

L'éolien wallon plombé par le phénomène Nimby
L'éolien wallon plombé par le phénomène Nimby - © PATRICK HERTZOG - AFP

L’éolien wallon est à la traîne. Du moins si l’on en juge par les objectifs fixés par le gouvernement wallon. Le problème pour le secteur est un cadre juridique incertain qui permet des recours nombreux contre les projets éoliens. Et même si l’impression est parfois que les éoliennes poussent comme des champignons, on est assez loin du compte.

Avec 37 éoliennes installées en 2017, c’est une progression de 10 % de la puissance éolienne wallonne installée. Largement insuffisant par rapport aux objectifs fixés par le gouvernement wallon pour 2020 et 2030.

La fédération du secteur dénonce les recours incessants et l’insécurité juridique. Il y a, c’est vrai, toujours une activité de développement importante en Wallonie, mais l’installation de nouvelles éoliennes a fortement diminué. Des permis sont octroyés par la région, puis le projet est attaqué et bloqué devant le Conseil d’État, parfois pendant plusieurs années. Plus d’une centaine d’éoliennes sont dans ce cas, un permis octroyé, mais bloqué au stade du recours. On parle alors de phénomène "nimby", acronyme de "Not In My BackYard" ("pas dans mon arrière-cour" en français). En clair : des riverains s'opposent à un projet dont il craignent de subir les nuisances.

17 éoliennes à installer en Belgique, le double en Flandre de ce qui est prévu en Wallonie

Cette insécurité juridique serait un facteur important dans  le développement de l’éolien wallon. En tout cas pour le secteur, la législation serait à revoir. Avec par exemple un délai maximum de recours à déterminer. Cela permettrait d’atteindre les objectifs wallons en 2030 : créer 100 mégawatts d’éolien par an, une quantité qui n’a pas été atteinte depuis 6 ans. Et prenons un acteur important, Engie Electrabel, qui a annoncé ses investissements pour 2018: 17 éoliennes à installer en Belgique, le double en Flandre de ce qui est prévu en Wallonie.

Le potentiel wallon plus fort qu’en Flandre

Clairement, la Flandre avance plus vite sur l’éolien alors qu’a priori la Wallonie semble plus intéressante pour ce type d’investissements, selon Fawaz Al Bitar, conseiller éolien chez Edora, la fédération des énergies renouvelables : "Ça fait maintenant plusieurs années que la Flandre installe 2, 3, voire 4 fois plus d’éoliennes qu’en Wallonie, alors qu’ils ont un territoire beaucoup plus exigu que le nôtre. Ils ont une densité de population beaucoup plus importante, donc a priori, le potentiel éolien en Wallonie est beaucoup plus important qu’en Flandre, mais on voit que la volonté politique est forte, et donc ils installent facilement des éoliennes."

La Belgique à la traîne de l’Europe

Et soulignons que même à l’échelle belge, la capacité des renouvelables est elle aussi en retard sur les voisins européens. Avec seulement 9 % de l’énergie consommée qui est issue de ces renouvelables, il n’y a en fait que 3 pays de l’Union européenne qui font moins bien que la Belgique aujourd’hui.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK