L'entretien vidéo différé, un nouveau mode de recrutement en vogue

Avec le développement des technologies apparaissent de nouvelles manières de recruter. L'entretien vidéo différé a particulièrement la cote auprès des recruteurs pour les grandes entreprises. Concrètement, l'entreprise demande aux personnes qui lui ont envoyé un CV d'enregistrer une vidéo où elles répondent à une série de questions, via une plateforme dédiée.

L'intérêt de ce nouveau mode de recrutement est bien sûr un gain de temps, mais aussi un moyen de se faire une meilleure idée des motivations du candidat. "L’avantage de ce système est que je vais traiter tous mes candidats exactement de la même manière, puisqu’ils vont tous avoir le même type de questions, explique Thomas Cador, responsable Benelux pour la société Visiotalent. Je vais aussi pouvoir évaluer mes candidats de la même manière, parce que mes critères d’évaluation vont être exactement les mêmes pour tous mes candidats, donc question discrimination, on élimine finalement énormément de choses."

Grâce à la vidéo, on va pouvoir gommer les préjugés

Sur une vidéo, on ne peut cacher certaines choses, alors peut-on craindre une plus grande discrimination ? Non, selon Thomas Cador, que du contraire, même. "Sur un CV, la discrimination est même plus importante. Parce que sur un CV, on a des préjugés. Quand on voit un nom étranger par exemple, ça peut déjà sortir certains préjugés. Alors que grâce à la vidéo, on va finalement pouvoir gommer ces préjugés. Je vais prendre un exemple très simple : une personne d’origine étrangère, on va se demander si son français va être correct ou si son néerlandais va être correct, alors que quand on va le voir sur la vidéo, le nom est effectivement toujours étranger, ça, on ne va pas pouvoir le cacher, mais par contre on va pouvoir voir que son français ou son néerlandais ou son anglais est finalement parfait. On gomme donc déjà ce préjugé-là. On l’a encore vu récemment chez un de nos clients."

A quel moment du parcours de recrutement ?

L'étape de recrutement où sera utilisé la vidéo différée dépend des objectifs visés par l'entreprise, de ce qu'elles attendent de ce type de technologie. Thomas Cador cite l’exemple d’une société qui reçoit bon an mal an 9000 candidatures pour environ 600 postes. Chez elle, l’entretien vidéo différé est la toute première étape du recrutement, parce que son objectif est de recevoir moins de CV, mais des CV plus adaptés à ses besoins. Car grâce à la vidéo, un "écrémage" s'effectue : sur les 9000 candidats, 7500 ne sont pas assez motivées pour enregistrer une vidéo... soit 83%.

Un chiffre énorme, mais conforme à ce que montrait récemment une étude du cabinet de recrutement Hays : plus de 70% des candidats à la recherche d’un emploi finissent par abandonner une candidature en ligne si elle dure un quart d’heure ou davantage.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK