L'austérité en images: les mesures européennes auraient détruit 9,9 millions d'emplois

"L'Europe est à mi-chemin vers une décennie perdue" estime l'Institut des Syndicats européens, dans une étude sur l'austérité
2 images
"L'Europe est à mi-chemin vers une décennie perdue" estime l'Institut des Syndicats européens, dans une étude sur l'austérité - © Tous droits réservés

L'Institut des Syndicats Européens (ETUI) a publié une étude sur l'emploi en Europe. Les mesures d'austérité y sont décriées : Près de 10 millions d'emplois à temps plein auraient été détruits. Le taux d'emploi serait passé de 65,8% en 2008 à 64,1% en 2013. Mais dans son livre publié fin avril, Herman Van Rompuy, le Président du Conseil européen, y défend les mesures, prises pour sauver l'emploi.

A l'approche des élections européennes, l'étude de l'Institut des Syndicats Européens (ETUI) n'est pas anodine. Teintée d'une note négative, celle-ci estime que l'Europe est à mi-chemin vers une décennie perdue et appelle au changement. Les résultats de l'étude indiquent que le taux de chômage européen, très élevé, met à mal la stratégie "Europe 2020", lancée en 2010, et qui avait comme objectif de renouer avec une croissance durable et intelligente.

Dans son infographie vidéo, L'ETUI affirme que "les mesures d'austérité n'ont pas permis d'obtenir les résultats escomptés. Elles ont au contraire prolongé la récession au lieu de booster la croissance économique. (...) Avec la crise, les mesures politiques n'ont pas réussi à empêcher les destructions d'emploi. Plus de 9,9 millions d'emplois ont été détruits."

Le chômage des jeunes aurait augmenté partout en Europe (Italie : +16,9% ; Espagne : + 32,2% ; Grèce : + 38,4%), à l'exception de l'Allemagne (-3,2%). Plus de 13 millions de personnes seraient susceptibles de tomber dans la pauvreté. L'Institut remarque que si les chômeurs sont le groupe présentant le plus haut risque, les travailleurs y sont de plus en plus exposés.

L'Union Européenne est sortie renforcée

A la fin du mois d'avril, Herman Van Rompuy a publié un livre où il relate ses expériences en tant que Président du Conseil européen. Un poste qu'il quittera à la fin de l'année, après deux mandats. Son analyse est toute autre.

Herman Van Rompuy explique: "Bien sûr l’Union Européenne est renforcée, on a renforcé toutes les institutions et c’est un paradoxe, le conseil européen qui est considéré comme une institution intergouvernementale a renforcé le rôle de la Commission européenne et aussi de la Banque centrale européenne. Nous ne parlons que de la surveillance unique de toutes les banques dans l’eurozone. Bien sûr, de temps à autre, la prise de décision a été lente pour une raison bien simple : on était à 18 dans la zone euro, on était à 28 dans l’Union Européenne pour tomber d’accord. On a fait un budget européen avec 28 pays représentant plus de 100 partis politiques à travers toute l’Europe donc il faut bien réaliser le degré de difficulté".

"On a évité la faillite"

Et il pointe les Etats en crise: "Il y a encore une autre chose : la Grèce, l’Irlande et le Portugal ont attendu jusqu’à la dernière minute avant qu’on puisse agir. On a tendance à oublier ça. Et surtout, ce qu’on oublie, c’est que les grands problèmes ne se sont pas posés aujourd’hui, les problèmes se sont posés avant la crise financière. Il y avait un haut niveau de chômage structurel en Europe bien avant la crise financière, il y avait un manque de contrôle des différentes politiques économiques. Si on avait agi à temps, l’austérité n’était plus autant nécessaire qu’aujourd’hui ou que les dernières années. Donc des erreurs graves ont été commises de négligence, de manque de politiques courageuses au début de l’histoire de l’euro".

"Il ne faut pas confondre croissance et austérité"

Le président du Conseil estime qu'il ne faut pas opposer croissance et austérité. "Non, parce qu’à un moment donné il n’y avait pas d’autre issue et en Belgique on le sait aussi. J’ai commencé ma carrière politique dans les années 80, on avait un déficit de 15%. Avec un déficit de 15% du PIB, il faut agir parce qu’on met en péril l’avenir des générations futures et certains pays n’avaient plus accès aux marchés internationaux, si on n’avait pas aidé ces pays, ils auraient fait faillite, si on n’avait pas réussi à sauvegarder la stabilité de l’eurozone, aujourd’hui on ne parlerait plus de récession, on parlerait de dépression. Cela, on l’a évité".

Herman Van Rompuy défend les politiques menées dans les pays en crise, malgré les taux de chômage élevés en Espagne, en Grèce, au Portugal... "Tout ce qu’on a fait, on ne l’a pas fait pour notre plaisir, tout ce qu’on a fait a un but éminemment social, c’est pour sauvegarder la prospérité future et l’emploi".

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK