L'ancien patron de Starbucks candidat à la Maison Blanche contre Donald Trump?

Starbucks, une véritable multinationale du café, qui pèse aujourd'hui plus de 80 milliards de dollars. Un destin rendu possible grâce à Howard Schultz, un milliardaire de 65 ans. C'est lui qui a transformé la petite société de Seattle en la société que l'on connaît aujourd'hui. 

Il y entre au début des années 80. Starbucks ne compte alors que quelques magasins à peine. Et quand il prend sa retraite en 2018, c’est une véritable chaîne, avec plus de 28.000 localisations un peu partout dans le monde, dans une septantaine de pays.

Cette histoire, Howard Schultz la raconte dans un livre intitulé "Parti de rien". Il va promouvoir ce livre partout aux États-Unis au cours des trois prochains mois.

Dimension politique

Et ici, cette tournée a clairement une dimension politique. Au terme de cette tournée, Howard Schultz va décider si oui ou non il va être candidat en tant qu’indépendant à la prochaine élection présidentielle américaine en 2020 contre Donald Trump. Indépendant, ni républicain ni démocrate, il les renvoie dos à dos.

"La question que nous devrions tous nous poser est celle-ci : à un moment où il y a tellement de preuves que notre système politique ne fonctionne plus, les deux partis se sont rapprochés chacun de leur extrême et ne représente plus la majorité silencieuse du peuple américain ; n’y a-t-il pas un meilleur choix ?"

Ce qui est ridicule, ce sont ces milliardaires qui pensent pouvoir acheter la présidence des États-Unis

Howard Schultz se décrit comme un démocrate de longue date, il est par exemple ouvert à l’immigration, mais il considère que ce parti se positionne désormais beaucoup trop à gauche. Il critique notamment la jeune députée démocrate Alexandria Ocasio-Cortez de New York, qui souhaite instaurer un taux marginal d’imposition de 70% sur les revenus au-delà de 10 millions de dollars. Ces critiques ont valu à Howard Schultz un tweet cinglant de la sénatrice démocrate Elizabeth Warren : "Ce qui est ridicule, ce sont ces milliardaires qui pensent pouvoir acheter la présidence des États-Unis pour préserver un système manipulé à leur profit, alors que le commun des mortels voit les opportunités lui échapper".

Elizabeth Warren, qui convoite l’investiture démocrate pour la prochaine présidentielle, propose de son côté une taxe de 2% sur les Américains dont le patrimoine est supérieur à 50 millions de dollars. Et pour ceux dont le patrimoine dépasserait le milliard de dollars, le taux de l’impôt serait de 3%. On taxerait donc les riches.

L'endettement des Etats-Unis: 21.500 milliards de dollars

Howard Schultz a évoqué un autre enjeu économique, la question de l’endettement des États-Unis. "Notre dette publique est de 21.500 milliards de dollars. Si les États-Unis étaient une entreprise avec une telle dette, qui augmente de mille milliards de dollars chaque année, on serait insolvable."

À cause notamment de la réforme fiscale lancée par le président Trump, mais en 2011 déjà, Howard Schultz estimait que les présidents successifs des États-Unis n’en faisaient pas assez pour réduire les déficits publics. Il avait alors exhorté les hommes d’affaires américains comme lui à ne plus financer de campagnes politiques.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK