L'aéroport de Charleroi vole au secours de Brussels Airlines

"Brussels Airlines est aujourd'hui dans une situation préoccupante. Entre 2008 et 2011, elle va afficher une perte cumulée de 131 millions d'euros dont -80 millions en 2011. Elle a annoncé des mesures avec des conséquences pour l'emploi. Ma démarche vise à sauvegarder une grande compagnie aérienne nationale dans notre pays. BSCA peut accueillir 500 000 passagers de Brussels Airlines", qui a transporté 4,89 millions de personnes en 2010, explique le ministre wallon en charge de la politique aéroportuaire, André Antoine (cdH).

Une offre similaire aurait déjà été faite à la compagnie aérienne au printemps dernier mais elle serait restée lettre morte. André Antoine invite donc aujourd'hui les dirigeants de Brussels Airlines à la reconsidérer.

"Ce sera une opération win-win. Le total des redevances et taxes aéroportuaires à l'aéroport de Bruxelles-National s'élève à environ 27,20 euros contre 2 euros à Charleroi", précise André Antoine. "Pour BSCA, c'est un développement supplémentaire et l'emploi y gagnera."

Le but de la manœuvre sera d'éviter la concurrence avec les compagnies déjà présentes à Charleroi et de discuter avec Brussels Airlines et SAVE (partenaire italien de BSCA) des vols qui pourraient être délocalisés à BSCA.

Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK