Kris Peeters s'énerve contre le fédéral qui briderait la Flandre

RTBF
RTBF - © RTBF

Coup de gueule du ministre-président flamand contre le fédéral qui empêcherait la Flandre de mener la politique industrielle qu'elle souhaite. Il l'a dit à l'occasion de l'annonce par le géant pharmaceutique américain Pfizer de 61 millions d'euros d'investissement sur deux sites en Flandre.

Il s'y ajoutera 170 créations d'emplois.

Pfizer investit en Flandre mais le ministre-président flamand, Kris Peeters, se sent gêné aux entournures par le Fédéral : "On a des décisions au niveau Fédéral, concernant l'industrie pharmaceutique, mais aussi des autres industries qui ne sont pas positives et productives pour nous. Et c'est un message très clair : quand nous décidons de lancer une politique industrielle, c'est nécessaire qu'au niveau Fédéral, on soutienne notre politique et pas bloquer ou prendre d'autres décisions, dans une autre direction. (...) Vous avez évidemment le coût salarial qui est très important, le coût électrique... Aussi dans le domaine pharmaceutique il y a des décisions spécifiques pour les secteurs ou l'industrie pharmaceutique. Et ça ne va pas du tout de bloquer, d'avoir une autre politique que celle que nous avons décidée. On veut stimuler l'industrie, mais c'est seulement possible quand on a une politique cohérente à tous les niveaux et certainement au niveau fédéral."

Autonomie, autonomie

Avec la fermeture d'Opel Anvers, la question est posée : comment maintenir, voire même accroître les investissements d'un grand groupe étranger déjà présent en Belgique ? Une tentative de réponse avec le géant américain Pfizer. Ses dirigeants le disent, Pfizer est chez lui en Belgique avec 3000 personnes sur 6 sites, dont 5 en Flandre, de la recherche et de la production.

Pfizer a annoncé mercredi un investissement de 61 millions d'euros sur deux sites dont 42 millions à Puurs près d'Anvers. 170 emplois seront créés au total.

Délocalisation interne

Pfizer a en effet décidé de transférer à Zaventem des activités du site de Sandwich en Grande-Bretagne, une mobilité interne où chacun doit se battre.

Avec cette décision, qui se doublera en janvier d'un investissement sur le site de Louvain-la-Neuve, Pfizer confirme son ancrage en Belgique.

 

Michel Visart

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK