KLM ambitionne de devenir, y compris en Belgique, un "tour-opérateur qui donne le ton"

Air-France-KLM veut s'orienter davantage vers les voyages touristiques.
Air-France-KLM veut s'orienter davantage vers les voyages touristiques. - © PATRICK T. FALLON - AFP

La compagnie aérienne néerlandaise KLM veut devenir un "voyagiste de premier plan" aux Pays-Bas et en Belgique. Selon le directeur de KLM Pays-Bas Harm Kreulen, le marché du tourisme se remettra probablement plus rapidement de la crise corona que le marché des voyages d’affaires. C’est pourquoi il voit des opportunités en offrant de vraies vacances, déclare le dirigeant dans une interview accordée à Luchtvaartnieuws.nl.

"J’espère que les gens réserveront bientôt des vacances avec nous vers des destinations européennes et les Antilles, par exemple", a déclaré Harm Kreulen. Selon lui, KLM travaille déjà avec divers voyagistes qui achètent des sièges sur les vols KLM. KLM sera donc désormais également en concurrence avec eux.

"Ils ont déjà pu s’habituer à l’idée lorsque nous avons lancé les Package Deals", souligne le directeur. Avec ces forfaits, les gens peuvent combiner un vol KLM avec une réservation d’hôtel ou une voiture de location. Ce service est organisé par la société Airtrade depuis 2014, leader du marché dans le domaine de l’émission et du traitement des billets d’avion pour l’industrie du voyage.

KLM a maintenant décidé de prendre un "intérêt stratégique" dans Airtrade, ce qui donnera à l’entreprise une participation partielle. Cela permettrait à KLM de mieux contrôler le développement de la technologie derrière les Package Deals, entre autres. Le montant exact que KLM investira dans Airtrade n’a pas été divulgué. Airtrade continuera à fonctionner de manière indépendante, avec sa propre direction. Rien ne changera donc pour les autres agences de voyage qui utilisent les services de l’entreprise.

Impact de la crise sanitaire

Des milliers d’emplois ont déjà été supprimés chez KLM en raison de la crise sanitaire. La société franco-néerlandaise Air France-KLM a subi une perte de plus de 7 milliards d’euros l’an dernier, avait-elle annoncé la semaine dernière. Le PDG Ben Smith a évoqué la pire crise de l’histoire de l’aviation. Les gouvernements néerlandais et français ont déjà débloqué des milliards d’euros d’aides d’État pour l’entreprise, mais il faudra probablement davantage d’argent. Des discussions sont toujours en cours à ce sujet.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK