Jean-Pierre Lutgen: "La Wallonie est une terre où l'on peut vraiment entreprendre, j'en suis la preuve vivante"

Jean-Pierre Lutgen est le manager francophone de l'année 2017, prix décerné par le magazine économique Trends Tendance. Créateur des Ice-Watch, ces montres au succès fulgurant, le Bastognard, frère du président du cdH, est l'invité de Matin Première de ce mercredi.

Son titre de manager de l'année renvoie forcément à cette question, souvent posée dans le sud du pays : la Wallonie est-elle une terre d'accueil pour les entrepreneurs ? "La Wallonie est une terre où l’on peut vraiment entreprendre, j’en suis la preuve vivante." répond-il. "On a énormément d’atouts, on est au centre de l’Europe, on a des gens qui ont une bonne éducation et bien organisés, il y a tout pour entreprendre."

Même s'il reconnaît que certaines mesures pourraient être prises pour améliorer les conditions pour entreprendre, au-delà des systèmes de primes, auquel il n'adhère pas spécialement. "On investit parce qu’on a un projet, une idée, une envie, et pas pour une prime. Donc il faut plus, pour moi, baisser les impôts, ou en tout cas mettre des conditions d’investissements intéressantes : des routes en bon état, de la fibre dans les zonings, des moyens de communication performants."

Ce chef d'entreprise pointe également des normes parfois trop strictes, dont certaines sont "absurdes, et qui ne sont pas révisées". "Il faut savoir quand réviser certaines mesures, et peut-être dans le monde politique ça ne se fait pas suffisamment, parce qu’il y a des changements de personnes, des changements de majorités."

Au-delà des freins administratifs, Jean-Pierre Lutgen appelle surtout à ne pas avoir peur d'entreprendre. "Ce qui manque parfois, c’est l’envie d’entreprendre, je vais passer cette année à encourager les gens à se lancer."

Face à certains discours politiques, clivant de plus en plus les syndicats et les patrons, et tendant à diaboliser les chômeurs, le Bastognard a tendance à relativiser cet affrontement entre employeurs et employés. 

"L’entrepreneur n’a pas vocation à entrer en conflit avec ses employés ou ses ouvriers. Ça fait plus partie du discours politique, et je ne soutiens pas ce discours." "Le succès est total quand il est partagé, et quand on a un bénéfice c’est un plaisir de le partager avec ses employés."

Suite aux propos de Charles Michel sur notre antenne, arguant que la FGTB prend la défense du chômage, l'entrepreneur y voit plutôt une stratégie électorale. "Le PTB monte, et le MR a je pense envie d’avoir un discours anti-PTB."

Jean-Pierre Lutgen a-t-il toujours des visées politiques ? Pas comme on entend généralement le terme politique en tout cas... "On peut faire de la politique sans nécessairement avoir de mandat, c’est-à-dire que faire de la politique c’est essayer d’influer sur les choses. En tout cas sur Bastogne, de façon microéconomique, je ferai tout ce qu’il faut pour améliorer la situation de la ville" conclut-il.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK