"Je ne paie pas": les Grecs font de la résistance

Des membres du mouvement "Je ne paie pas" brûlent leurs feuilles d'impôts le 22 septembre 2011 à Athènes
Des membres du mouvement "Je ne paie pas" brûlent leurs feuilles d'impôts le 22 septembre 2011 à Athènes - © AFP / Louisa Gouliamaki

"Je ne paie pas": face à l'imposition ces derniers mois d'une série de taxes exceptionnelles, ce slogan fédère en Grèce des initiatives locales et dispersées, souvent téléguidées politiquement, appelant au refus de paiement.

Ces campagnes, menées essentiellement sur la toile, ont repris de la vigueur depuis la décision du gouvernement, à la mi-septembre, d'imposer en urgence une taxe exceptionnelle sur l'immobilier.

Cet impôt, impopulaire dans un pays où 70% de la population est propriétaire, s'ajoute à une hausse de la fiscalité décidée par le gouvernement socialiste pour tenter d'enrayer les déficits budgétaires et éviter un défaut de paiement au pays.

"La police et la Grèce en deuil, jour de paiement, jour de deuil", proclamait lundi matin un panneau suspendu par des syndicalistes policiers d'extrême-droite réclamant des hausses de salaire, sur un versant de la colline du Lycabette, qui surplombe le centre d'Athènes.

Des réseaux de gauche radicale font aussi circuler sur la toile des formulaires à remettre aux bureaux du fisc. Leurs signataires ont le choix entre refuser de payer les impôts supplémentaires ou payer en se réservant en recours en justice sur la constitutionnalité de ces nouvelles taxes.

Des appels à la résistance émanent aussi de franges dissidentes de la majorité socialiste, dont le puissant syndicat de la compagnie Electricité de Grèce (DEI), entreprise promise à privatisation dans le cadre des mesures de redressement du pays.

Le parti communiste KKE, a de son côté lancé sa propre campagne de "non-paiement", après l'annonce de la taxe immobilière, organisant plusieurs rassemblements à Athènes, où il dispose d'une base disciplinée.


AFP

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK