Italie: la plus vieille banque du monde à deux doigts de la faillite

La banque Monte Paschi doit recevoir 3,9 milliards d'euros pour éviter la faillite
La banque Monte Paschi doit recevoir 3,9 milliards d'euros pour éviter la faillite - © AFP PHOTO / ANDREAS SOLARO

Samedi, un tribunal romain a donné le feu vert à l'aide de 3,9 milliards d'euros que le gouvernement italien va apporter sous forme d'obligations pour sauver la plus ancienne banque du monde encore en activité, Monte Paschi. Mais cela ne va pas stopper le scandale qui secoue cette vénérable institution.

 

En 1472, les magistrats de la République de Sienne créent le Monte di Pieta, le mont de piété pour aider les pauvres.
Au fil des décennies, l'institution se transforme en vraie banque et en 1624, elle change de nom et devient le Monte dei Paschi, ce que l'on peut traduire par le crédit des prairies.
Banque publique pendant une bonne partie du XXème siècle, elle sera réorganisée en 1995, introduite en bourse en 1999 et elle va se développer ensuite en rachetant des banques régionales. Et c'est là que les ennuis vont commencer.
Suspicion de pots-de-vin
En 2008, Monte Paschi acquiert la banque Antonvenetta pour neuf milliards d'euros. Une ardoise colossale qui aurait été forcée avec peut-être des pots-de-vin.
Autre enquête en cours, celle qui porte sur des transactions douteuses réalisées sur des produits dérivés, des transactions qui auraient servis à maquiller les comptes de la banque entre 2006 et 2009.
Problème supplémentaire: ces opérations se sont déroulées quand Mario Draghi était à la tête de la Banque d'Italie et cette dernière a réagi beaucoup trop tard. 
Aujourd'hui la banque Monte dei Paschi di Sienna est à deux doigts de la faillite. Elle a impérativement besoin des 3,9 milliards d'euros promis par l'Etat.
A moins de trois semaines des élections législatives, le dossier est à haute teneur politique.
La banque à la dérive est proche de la gauche et la droite ne laisse pas passer l'occasion de taper sur un clou qui fait mal.
 
Michel Visart
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK