Interdiction du diesel dès 2030: "Une région qui décide ça dans son coin, c'est surréaliste"

Une seule chose est sûr: le véhicule électrique va continuer à se démocratiser.
Une seule chose est sûr: le véhicule électrique va continuer à se démocratiser. - © MARIJAN MURAT - AFP

Le moteur diesel est-il sur le banc des condamnés ?  Le nouveau gouvernement wallon souhaite une Wallonie sans diesel à l’horizon 2030. Un congrès se tient en Allemagne ce mercredi sur l’avenir du moteur diesel.

En Belgique, 55% environ des véhicules en sont équipés. Alors plus de voitures diesel à l’horizon 2030, est-ce réalisable ?

A l’horizon 2030, ça me paraît un peu optimiste

Pour David Leclercq, journaliste spécialiste de l’automobile, il y a un effet d'annonce, mais cela ne signifie pas que ce soit impossible: "Je crois qu’il y a des deux. Il y a un effet d’annonce d’une part, qui provient des scandales de trucage, mais je pense que c’est réalisable techniquement. Après, se pose la question de ce qu’on met en place en termes de carburants alternatifs ou d’autres solutions de mobilité pour remplacer le diesel. Et ça, à l’horizon 2030, ça me paraît un peu optimiste. Dans les autres pays, comme l’Angleterre, on n'envisage cette interdiction de vendre des véhicules diesel qu’à partir de 2040, ce qui leur laisse quand même le double du temps, donc 10 ans de plus que chez nous. N’oublions pas non plus qu’on ne parle que des véhicules particuliers, c’est-à-dire des véhicules de moins de 3,5 tonnes, on ne parle pas des camions ou des véhicules utilitaires dans cette possible interdiction de vendre des voitures diesel".

En Allemagne, le gouvernement se met au chevet des constructeurs en essayant de les rassurer sur l’avenir du diesel en promettant certains investissements. Mais les solutions électriques se préparent déjà depuis plusieurs années, même si les constructeurs allemands semblent aujourd’hui en retard sur les Américains. Audi vient d’annoncer par exemple la semaine dernière un investissement de 10 milliards d’euros pour la voiture électrique.

Différences de fiscalité

Des modèles qui restent très chers aujourd'hui. Mais difficile de penser que la décision wallonne aura un effet sur la démocratisation de l'électrique: "À partir de 2030, ce sont les nouvelles ventes qui seront interdites, je ne pense pas que la décision wallonne et le poids de 4 millions-4,5 millions de personnes va pouvoir peser sur l'industrie automobile mondiale. La décision doit être coordonnée. Elle doit être européenne. Une petite région qui prend une décision comme ça dans son coin, c’est assez irréaliste." 

La Wallonie a-t-elle la capacité de développer les infrastructures nécessaires aux moteurs électriques?

D'autant qu'il existe d'importantes différences de fiscalité entre déjà la Flandre et la Wallonie: "La Flandre fait la promotion de l’achat des véhicules diesel, hybrides, hybrides rechargeables, alors que la Wallonie ne le fait pratiquement pas. L’énoncé des déclarations du gouvernement wallon prévoit la mise en place d'une politique ambitieuse, mais avec quel argent? En Angleterre, il est prévu 4 milliards de livres sterling pour le développement des infrastructures!"

"La Wallonie a-t-elle les capacités financières de développer les infrastructures qui seront nécessaires, par exemple aux moteurs électrique?. Est-ce que le réseau va pouvoir tenir la cadence de la recherche des voitures électriques, alors qu’on essaye de mettre des pansements à longueur d’année sur nos centrales nucléaires et qu’on achète de plus en plus d’électricité à nos voisins. Ça, c’est la question qu’on peut se poser".

Même si la Wallonie n'est pas prête et a peu de poids, il est sûr que véhicule électrique va continuer à se démocratiser "comme il le fait depuis plusieurs années, à la fois technologiquement, mais aussi en termes de facilité d’utilisation. Il ne faut pas oublier que le véhicule électrique est certainement une très bonne solution pour remplacer le moteur thermique à terme parce que même si on prend son cycle global de production, ça reste près de 2,5 fois inférieur en émission de CO2 par rapport à la production d’un véhicule classique". 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir