Délocalisation de la production de vaccins chez GSK? La FGTB s'inquiète, le personnel débraye, la direction rassure

Inquiète, la FGTB organisera deux assemblées générales ce mardi matin chez GSK
Inquiète, la FGTB organisera deux assemblées générales ce mardi matin chez GSK - © Tous droits réservés

Le FGTB Chimie se dit inquiète pour les travailleurs de GSK, redoutant la délocalisation prochaine de certains départements et produits comme le vaccin contre la malaria, l'animalerie et la production de l'antigène de l'hépatite B. "On craint vraiment d'assister de nouveau à la délocalisation de nos productions. C'est le septième vaccin qui, en l'espace de trois ans, a quitté les sites belges", explique Idmat Gunes, délégué principal ouvriers. 

Le syndicat socialiste estime aussi que la direction du groupe biopharmaceutique ne mène pas une politique correcte en accordant des contrats à durée indéterminée (CDI) à des travailleurs à contrat déterminé (CDD) sur base de critères peu clairs. Il dénonce également l'usage de lunettes à caméras intégrées dans les locaux de GSK, sans que le conseil d'entreprise en soit informé et au mépris des règles en vigueur sur la protection de la vie privée.

D'autres actions à venir

Deux assemblées générales ont été organisées ce mardi matin à Wavre et à Rixensart. Le personnel des deux sites a massivement décidé de débrayer. Les syndicats promettent d'autres actions dans les prochaines semaines. 

Contactée, la direction de GSK tient à rassurer. Elle confirme que des études seront réalisées prochainement pour déterminer la faisabilité d'une délocalisation de la production du vaccin de l'hépatite B à Singapour en 2025 et d'une délocalisation de l'animalerie en Italie. Mais aucune décision formelle n'a encore été prise.

La direction rappelle également les investissements colossaux que GSK va consentir dans les prochaines années pour asseoir la position de la Belgique dans la recherche et la production de vaccins. 600 millions ont déjà été validés pour Wavre et Rixensart et 400 millions supplémentaires sont dans la phase finale d'approbation. Si certains vaccins sont produits ailleurs, ils seront remplacés par d’autres à l’avenir.

Sur le même sujet: JT 12/02/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK