Inondations en Belgique : les assureurs peuvent indemniser les heures passées à déblayer

Suite aux inondations de la semaine dernière, les assureurs promettent de dédommager rapidement les sinistrés. Mais il n’est pas toujours simple d’adopter les bons réflexes. Outre le listing des bien perdus, il pourrait vous être utile de compter le nombre d’heures passées à déblayer les dégâts. Par ailleurs, au-delà d’un certain montant, vous pourriez même bénéficier d’une avance.

Un montant faramineux

Le coût des dommages à couvrir par les assurances s’élève déjà au moins à 150 millions d’euros. Le montant définitif pourrait toutefois se chiffrer à plusieurs centaines de millions d’euros.

D’après les demandes d’indemnisation déjà rentrées auprès des assureurs, il est déjà acquis que le montant record atteint lors des inondations de 2016 sera dépassé. À l’époque, 27.000 déclarations avaient été émises, pour un total de 143 millions d’euros. "Cette fois, nous devrions dépasser les 150 millions d’euros", estime "prudemment" Wauthier Robyns de l’assurance groupe Assuralia.


►►► A lire aussi : Dégâts des eaux et assurances : les bons réflexes à adopter


Avertir son assureur, recenser les dégâts, faire des photos… Si l’on répète beaucoup les mêmes conseils, il y en a un qu’on entend moins. En effet, si vous êtes victime d’inondations, il peut vous être utile de décompter les heures passées à déblayer votre foyer. Cela vous permettra d’être indemnisés par certains assureurs.

Si certaines personnes ont pu compter sur des sociétés de nettoyage spécialisées, d’autres ont décidé de nettoyer eux-mêmes leur maison. "Je leur demande de faire un décompte de leurs heures, ainsi que des heures prestées par les amis et la famille. On va donc les indemniser en fonction", nous explique l’assureur Benoît Mouyard.

"Les frais de déblaiement et de nettoyage sont assurés par le contrat. Et donc à partir du moment où les sinistrés le font eux-mêmes, on les indemnise", ajoute-t-il.

Les compagnies seront conciliantes, "elles sont conscientes que les sociétés spécialisées ne pourront pas indemniser toutes les victimes", rassure l’assureur Emmanuel Vigano. Pour autant, renseignez-vous bien sur les conditions auprès de votre assurance.

Avances

Par ailleurs, certains sinistrés peuvent bénéficier d’une avance. Pour les ménages confrontés à des dégâts supérieurs à 5000 euros, des avances peuvent être libérées rapidement afin de couvrir des frais directs comme l’achat de vêtements ou d’un frigo, ajoute Wauthier Robyns. "Les dégâts complets seront couverts plus tard." Les assurances se pencheront en priorité sur les dossiers les plus graves afin d’administrer ces avances.

En principe, l’assurance incendie couvre les dégâts subis par le bâtiment et les biens mobiliers puisqu’elle intervient en cas de catastrophe naturelle. Les véhicules pour lesquels une omnium ou une petite omnium a été souscrite sont également assurés.


►►► A lire aussi : Bilan des inondations en Belgique : le nombre de disparus diminue à 127, pour 31 décès, un chiffre stable par rapport à la veille


Des véhicules plus anciens, les abris de jardin, les serres et autres hangars ou granges n’entrent, par contre, pas toujours dans les conditions ouvrant la voie à un dédommagement. La seule option est alors d’introduire une demande en ce sens auprès du Fond des calamités publiques. Une franchise de 500 euros permet d’être remboursé pour des biens non couverts par la police d’assurance incendie.

La Wallonie a initié, de son propre chef, une procédure de reconnaissance de calamité publique. Dans ce cadre, le Centre régional de crise a été chargé de demander à l’Institut royal météorologique un rapport analysant les phénomènes d’inondations sur l’ensemble du territoire wallon. Dès réception de ce rapport, le gouvernement prendra un arrêté de reconnaissance des inondations comme calamité publique. Une aide d’urgence a également été débloquée.

Nous allons tenter d’accélérer ce processus

Le gouvernement flamand a également sollicité l’avis de l’IRM pour que les inondations soient reconnues catastrophe naturelle. "Nous allons tenter d’accélérer ce processus", a indiqué le ministre-président Jan Jambon, qui a appelé les sinistrés à rentrer aussi vite que possible leur dossier.

 

Ethias à la rencontre des sinistrés

Dès ce lundi, l’assurance Ethias parcourra les villes et communes les plus touchées par les inondations. Plusieurs centres mobiles de crise seront déployés pour "faciliter la déclaration et accélérer le traitement des sinistres." Les bus seront accessibles de 9h30 à 16h30.

2 images
© Ethias

Sur le même sujet

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK