Inculpée d'escroquerie, une ex-étoile montante de la Silicon Valley risque 20 ans de prison

Elle prétendait révolutionner les analyses sanguines avec sa start-up Theranos : Elizabeth Holmes, ex-étoile montante de la Silicon Valley, risque aujourd'hui vingt ans de prison pour escroquerie, une affaire qui sonne comme une leçon pour le secteur américain des hautes technologies.

Elizabeth Holmes, 34 ans, ainsi que son ancien bras droit Ramesh Balwani, 53 ans, ont été inculpés par un grand jury pour une vaste escroquerie organisée et sophistiquée, aux dépens d'investisseurs, de médecins et de patients, ont annoncé vendredi les services du procureur fédéral pour la Californie du Nord, Alex Tse.

Une escroquerie à plusieurs millions de dollars

En lançant Theranos en 2003, à 19 ans, Elizabeth Holmes, combative et charismatique, promettait des diagnostics plus rapides et moins chers que ceux des laboratoires traditionnels, grâce à des méthodes présentées comme révolutionnaires, permettant jusqu'à 200 analyses avec une toute petite quantité de sang. Mais une série d'articles fin 2015 dans le Wall Street Journal avait commencé à semer le doute.

L'escroquerie est évaluée à "plusieurs millions de dollars". Elizabeth Holmes et Ramesh Balwani risquent jusqu'à 20 ans de prison et de très lourdes amendes.

Selon l'acte d'accusation, des centaines de patients ou leurs assurances ont payé des tests sanguins, parfois après que des médecins, trompés eux aussi, leur eurent recommandé Theranos, basée à Palo Alto, en plein cœur de la Silicon Valley.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK