Il faut raccourcir la durée des études supérieures, pour le Conseil Supérieur de l'Emploi

"Il faut raccourcir la durée effective des études supérieures". Sacré pavé dans la mare, que vient de jeter le Conseil Supérieur de l’Emploi dans son dernier rapport. Et un changement majeur dans la manière de concevoir le taux d’activité, et donc aussi l’emploi en Belgique. Nous avons – comme dans d’autres pays d’ailleurs – surtout l’habitude de nous écharper sur la question de la fin des carrières – l’âge de départ à la pension, mais l’âge d’entrée sur le marché du travail n’est jamais débattu. Or, le taux d’emploi est aussi fonction de ce qui se passe au début des carrières. Et les faits sont là : depuis vingt ans, les jeunes belges participent de moins en moins au marché du travail. 

Dit autrement, nous commençons à travailler trop tard. Est-ce qu'amener plus rapidement une partie des jeunes belges à l’emploi serait une solution au défi du financement des pensions, avec une population qui vieillit ? Ce serait une autre manière en tout cas d’allonger la durée des carrières. Il n'est bien sûr pas question de réduire mécaniquement la durée théorique de l'ensemble des formations, mais plutôt de lutter contre les étalements de plus en plus nombreux, et les études d'une durée théorique de cinq ans qui en deviennent de plus en plus souvent sept ou huit.

Et si on parlait enfin du début des carrières ?

Pour le Conseil Supérieur de l’Emploi, il faut donc raccourcir la durée effective des études. Steven Vanackere, ancien ministre CD & V des Finances et actuel directeur de la Banque Nationale de Belgique (et à ce titre Vice-Président du Conseil Supérieur de l’Emploi) confirme : "Oui, c’est un grand paradoxe, mais les plus de 55 ans ont connu une augmentation de leur taux d’activité de plus de 30%, ces dernières années. Alors que chez les jeunes ces vingt dernières années, il y a une diminution de la participation au marché du travail".

Le taux d’activité général est plus faible en Belgique que chez nos voisins (on le savait), mais c’est bien chez les 15-24 que l’écart est le plus marqué. Et parmi les 20-24 ans, l’écart du taux d’activité avec nos trois voisins que sont l’Allemagne, les Pays-Bas et la France, est même de plus de 20%.

Raccourcir la durée effective des études supérieures

L’explication selon Steven Vanackere, est double :"D’abord, l’allongement de la durée effective des études supérieures. Ce qui n’est pas une évolution très favorable. Et ensuite, il y a aussi des jeunes qui décrochent, qui n’ont pas de formation et qui se retrouvent en situation de fragilité sur le marché du travail".

Le Conseil préconise donc de mieux lutter contre le décrochage scolaire, de mieux collaborer avec les écoles pour "repérer les élèves qui quittent prématurément l’école", mais aussi de raccourcir la durée effective des études supérieures, ou selon les mots plus feutrés du rapport paru ce jeudi d'"optimaliser la durée que les étudiants passent aux études", et de "limiter la flexibilité du système". Steven Vanackere veut clarifier le message du Conseil supérieur de l’emploi : "Il ne faut pas que les jeunes arrêtent d’étudier, il nous faut des jeunes formés, multilingues, capables de travailler dans des secteurs de haut niveau".

Impact similaire à une réforme des retraites

Mais est-ce que l’on peut se permettre d’ignorer cette question de la durée des études ? Absolument pas, pour Vincent Vandenberghe, professeur d’économie à l’UCL, qui a travaillé sur la question : "Si on parlait de 4% de la cohorte statistique, on pourrait ignorer cette question. Mais à partir du moment où vous avez 70% des jeunes qui fréquentent l’enseignement supérieur, vous ne pouvez plus laisser de côté ce qui se passe entre 20 et 30 ans, au moment où se joue la durée des études".

"Avoir des parcours de formation qui durent six mois de plus ou six mois de moins, cela fait une différence sur le taux d’emploi. Au même titre qu’une réforme du système de retraite qui reporte de six mois l’âge de départ à la pension. Les ordres de grandeurs sont similaires".

Tanguy étale ses études

Le cœur du problème ? "Les jeunes peinent de plus en plus à terminer leurs études dans le délai prévu", nous dit le rapport du Conseil Supérieur de l’emploi. Mais en plus de cela, de nombreux mécanismes mis en place ces dernières années permettent d’étaler les cursus. Historiquement, la Belgique a pourtant une tradition d’obtention du diplôme supérieur à un âge plutôt jeune, autour de 23 ans, moins élevé qu’au Danemark, par exemple. Mais pour Vincent Vandenberghe, les tendances sont à la hausse, et particulièrement côté francophone :

"Depuis les années 80, on a favorisé systématiquement un format long pour les études supérieures côté francophone: le recours systématique au redoublement comme stratégie de remédiation, le passage de deux à trois ans pour certaines formations, la favorisation du master en 5 ans, et des initiatives plus récentes comme le décret paysage, qui a favorisé des stratégies d’étalement".

Résultat: l’âge moyen d’obtention d’un diplôme en Fédération Wallonie Bruxelles est aujourd’hui plutôt de 25,5 ans.

Etudes plus longues : Aucun gain

Certains plaident, aujourd’hui encore, pour un rallongement des études. Mais quand on demande s’il y a des gains au fait d’allonger la durée des études, pour Vincent Vandenberghe, la réponse est non. "Trois fois non. Des études plus longues ne signifient pas que plus de personnes obtiennent un diplôme du supérieur, il n’y a pas de gain salarial plus important dans les pays où les étudiants mettent plus de temps à faire des études. Au contraire, là où les études durent plus longtemps, la prime salariale des diplômés de l’enseignement supérieur est plus faible".

Diplôme plus tard, salaire plus faible

"Et enfin, on ne détecte aucun gain en termes d’équité. C’est-à-dire que la relation entre le diplôme des parents et la probabilité pour l’enfant d’en obtenir un, n’est pas moins forte dans les pays où l’on tolère des études plus longues. Et pour l’individu, le calcul montre que c’est plutôt une perte. Finir ses études tard, signifie qu’on aura statistiquement un salaire plus faible ".

Différence Wallonie-Flandre

Steven Vanackere, directeur de la BNB souhaite "ne pas accentuer un clivage Nord-Sud (sur cette question, NDR), parce que les recteurs des universités flamandes ont trié la sonnette d’alarme de la même manière que leurs collègues francophones, et constatent aussi un allongement de la durée depuis Bologne. Mais il est vrai que le phénomène s’accentue plus d’un côté que de l’autre "

C’est bien en Fédération Wallonie-Bruxelles que l’âge moyen d’obtention du diplôme recule le plus vite. Ce qui ne manque pas de poser la question des dépenses sociales liées aux études (abattements fiscaux et allocations familiales), qui augmentent donc plus vite côté francophone.

Pour Vincent Vandenberghe, l’objectif de l’allongement des études, qui était de favoriser une démocratisation des études, ne semble pas porter ses fruits. " Je ne parviens pas en tant qu’analyste à trouver de gains associés à ces mesures. Par contre, c’est bien synonyme d’étalement, et donc de coût supplémentaire pour la collectivité ".

Des formations initiales plus denses et plus courtes

L'économiste prend du recul : "l’enjeu que je pressens pour les années à venir, c’est comment on va produire du capital humain, comment on va maximiser le niveau d’éducation de la population tout en ayant des durées d’études qui sont courtes. Ou en tout cas pas plus longues qu’aujourd’hui. Il nous faut sans doute plancher sur des formations initiales plus denses et plus courtes. Et un recours à la formation continue beaucoup plus régulier et systématique".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK