Hausse de 22,7% des ruptures de contrats à durée indéterminée au premier semestre

Près d’un quart en plus (+22,7%) de contrats de travail à durée indéterminée a été rompu au cours du premier semestre 2021 par rapport au premier semestre 2020, ressort-il des données du fournisseur de services RH Acerta. Il s’agit principalement de travailleurs qui ont démissionné ou qui ont quitté leur poste d’un commun accord avec l’employeur.

La mobilité professionnelle est de retour

Selon les données d’Acerta, 31% des contrats ont été rompus à l’initiative des travailleurs et 34% d’un commun accord. Les licenciements concernent 19% des départs.

"La mobilité professionnelle est de retour et les travailleurs sont convaincus de pouvoir trouver ailleurs un emploi au moins équivalent", analyse Amandine Boseret, juriste chez Acerta.


►►► A lire aussi : "On nous dit de penser à notre avenir, et notre présent alors ?" : ces jeunes qui ne veulent plus faire carrière

 

Le premier semestre 2021 a aussi vu augmenter le nombre de nouveaux contrats à durée indéterminée : +11,8% par rapport à la même période de l’an dernier. Pour Acerta, cette hausse est liée aux travailleurs qui changent d’emploi. Par rapport au premier semestre 2019, les nouveaux contrats sont toutefois en baisse de -6,1%.
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK