GSM: les appels d'un opérateur à l'autre devront diminuer

RTBF
RTBF - © RTBF

Les tarifs GSM sont dans le collimateur du gendarme des télécoms, l'IBPT, Institut belge des postes et télécommunications, qui s'apprête à diminuer drastiquement les coûts d'appels d'un opérateur à l'autre.

Ce n'est pas une surprise en soi : la Commission européenne a recommandé l'été dernier de diminuer ce qu'on appelle les tarifs de terminaison, c'est-à-dire les prix facturés aux clients d'un opérateur mobile qui appellent sur le réseau d'un concurrent. Ces tarifs sont trop élevés, a dit la Commission. Il s'agit d'une prestation de gros et le client ne doit pas en faire les frais.

Sur le fond, on pouvait donc s'attendre à ce coup de balai. Mais c'est sur l'ampleur de la mesure qu'on est surpris. Jugez vous-même : Proximus facturait 7 centimes par minute pour tout appel chez ses concurrents, Mobistar 9 centimes et Base 11 centimes. L'IBPT propose de descendre à 1 centime par minute pour tous les opérateurs et ce d'ici le 1er janvier 2013.

L'Institut belge des télécommunications frappe donc fort. Non seulement il réduit le tarif  mais il remet à plat la différence de tarification d'un opérateur à l'autre, une différence qui s'explique par la position dominante de Proximus (filiale de Belgacom) sur le marché et l'arrivée plus tardive de Mobistar et de Base.

Douche froide pour Mobistar et Base

Mobistar et Base sont sévèrement touchés puisqu'ils gagnaient plus sur ces tarifs de terminaison que Proximus. Le marché ne s'y est d'ailleurs pas trompé : Mobistar a dévissé de 6,36% en bourse de Bruxelles mardi, contre une perte de 2,27% pour Belgacom.

Mais il faut dire que cette nouvelle tarification n'est pas encore coulée dans le bronze : elle va être soumise à consultation publique pendant 42 jours. Les opérateurs pourront donc amender le projet. Le lobbying s'annonce serré !

 

M.S. avec Françoise Gilain

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK