Grève chez Lidl: "On craint que dans six mois on doive recommencer tout à zéro"

Les travailleurs de la chaîne de supermarchés Lidl sont en grève depuis quatre jours. Des dizaines de magasins n'ont pas ouvert leurs portes ce samedi. Plusieurs centres de distribution du groupe sont bloqués. Une partie significative du personnel a refusé la proposition de renfort formulée par la direction. Côté syndical, on prend acte de cette décision.

Toute la journée Setca, CNE et CGSLB ont organisé des assemblées générales. Objectif : communiquer au personnel la principale mesure formulée vendredi par la direction. Celle-ci vise à soulager la charge de travail sur le personnel, mais ne couvre que six mois dans l'attente de solutions structurelles. La proposition est saluée dès la fin des négociations par le syndicat chrétien et le syndicat libéral, mais immédiatement critiquée par le syndicat socialiste.

"La direction a accepté d'injecter 42 heures en plus dans les magasins, mais la direction n'accepte d'injecter ces heures-là que pour six mois, déplore Myriam Delmée, vice-présidente du Setca, au micro de la RTBF. Nous voulions que ça soit à durée indéterminée, jusqu'au moment où on trouvait une solution pérenne à l'organisation du travail. Ça fait 12 ans que je m'occupe de Lidl. Je sais qu'ils ont un potentiel de ne jamais rien conclure qui est impressionnant."

"Manque de confiance" envers la direction

Cette méfiance est partagée par une partie significative du personnel de chez Lidl.  "Aujourd'hui, le message que nous renvoient les travailleurs, c'est : 'On manque de confiance. On craint que dans six mois on doive recommencer tout à zéro'. Même si en effet on peut estimer que c'est une proposition qui était correcte", complète Romuald Goeury, secrétaire permanent à la CNE.

Du côté du syndicat libéral, on estime qu'un accord n'est  plus très loin et on espère pouvoir rapidement retourner à la table des négociations. En attendant la grève se poursuit chez Lidl, et plusieurs magasins de l'enseigne risquent d'être encore fermés lundi matin.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK