Greta Thunberg à Davos: "Je voudrais qu'ils oublient leur intérêt personnel, pour s'intéresser au climat"

Greta Thunberg à Davos: "Je voudrais qu’ils oublient leur intérêt personnel, pour s’intéresser au climat"
Greta Thunberg à Davos: "Je voudrais qu’ils oublient leur intérêt personnel, pour s’intéresser au climat" - © HANNA FRANZEN - AFP

Le forum économique mondial de Davos bat son plein, mais une invitée surprise devrait faire parler d'elle dès ce mardi: Greta Thunberg.

Cette Suédoise de 16 ans est connue depuis la COP 24 en Pologne. Sans sourciller, elle avait fait un discours qui a fortement marqué les esprits. Dans son pays, elle brosse les cours tous les vendredis et se positionne devant le parlement de Stockholm pour appeler les politiques à agir plus pour le climat.

Au mois d’août, quand cette petite blonde coiffée de deux nattes, au regard buté, a commencé à manifester seule avec une pancarte en carton, pas grand monde ne la prenait au sérieux.

Un mouvement mondial

Aujourd’hui, des dizaines de milliers de jeunes à travers l’Europe, jusqu’en Australie, suivent son exemple et font la grève de l’école tous les vendredis, pour le climat. C'était le cas jeudi dernier à Bruxelles, où 12.500 jeunes se sont rassemblés et ont marché, pancartes à la main, pour le climat.

Greta Thunberg avait déjà frappé l’opinion par son discours à la COP 24 de Katowice, en Pologne. Et elle compte bien faire de même à Davos, où elle espère notamment toucher les 60 chefs d’état qui seront présents:

"En étant là-bas et en faisant des discours, je voudrais qu’ils oublient leur intérêt personnel, pour s’intéresser au climat."

Greta va donc se rendre à Davos, mais en ayant le moins d’impact possible. Comme l’explique son père, qui va l’accompagner: "A Davos on y va en train. En fait ce n’est pas si compliqué. On va partir de Stockholm tôt le mardi matin. L’après-midi on est à Hambourg. Et là on prend le train de nuit pour Zurich."

Un voyage de plus de 24 heures qu’elle fera de nouveau, dans l’autre sens, pour retourner chez elle en train. 
 

Archives : Brut 19/12/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK