Greenpeace dévoile son classement des "vrais" fournisseurs d'électricité verte

Voici les huit premiers du classement établi par Greenpeace.
Voici les huit premiers du classement établi par Greenpeace. - © Caputre d'écran du site monelectriciteverte.be développé par Greenpeace

Selon Greenpeace, seuls huit des vingt fournisseurs d’électricité dite "verte" en Belgique sont vraiment verts. "Le manque de fiabilité de nos centrales nucléaires prouve une nouvelle fois que nous devons rapidement passer aux énergies 100% renouvelables", conclut l'ONG. 

Les bons élèves et les "gris" 

"Ceux qui veulent une énergie vraiment verte, et contribuer ainsi à la transition énergétique, peuvent aujourd’hui s’adresser à huit fournisseurs" a annoncé ce vendredi Greenpeace qui a classé comme "gris" 12 fournisseurs, dont Electrabel et Luminus, parce qu'ils cachent la provenance de leur électricité.

Dans ce nouveau classement, Greenpeace explique avoir passé au crible les chiffres de production, de mix, d’achats et d’offres de 20 fournisseurs d’électricité sur le marché belge. Huit d’entre eux fournissent aux ménages belges une énergie réellement verte tandis que les 12 autres la qualifient de verte, mais proposent en majorité de l’électricité provenant de sources polluantes telles que le nucléaire et le charbon, ou verdissent leur énergie par l’achat de garanties d’origine.

“L’énergie verte gagne le marché", s'est réjouit Mathieu Soete, expert Energie chez Greenpeace, "mais de nombreux fournisseurs cachent la vérité au consommateur en achetant des garanties d’origine qui leur permettent de placarder une vignette verte sur de l’énergie qui ne l’est pas. Notre classement permet de dresser un vrai bilan.”

Le vert pas plus cher que le gris

Les 8 meilleurs fournisseurs - les coopératives Cociter, Ecopower, Energie 2030 et Wase Wind ainsi que Mega, Eneco, Trevion et Aspiravi - couvrent toute la Belgique et offrent des prix concurrentiels.

“L’électricité réellement verte n’est donc pas plus chère que celle issue de sources polluantes. De plus en plus de ménages s’en rendent compte et utilisent leur pouvoir d’influence pour pousser le marché dans la bonne direction. Passer chez un fournisseur vert est gratuit et ne prend que quelques minutes” souligne Mathieu Soete.

Le site monelectriciteverte.be permet de consulter le classement et explique aussi comment changer en toute simplicité de fournisseur. S'y trouve aussi la méthodologie employée pour déterminer les scores.

Et ailleurs?

Toujours au sujet de la méthodologie, Greenpeace a précisé: "Nous ne pouvons pas exclure la possibilité que les gains générés par tel groupe en Belgique soient utilisés ailleurs dans le monde pour des investissements nocifs comme le maintien en vie de l’énergie nucléaire (EDF et Engie), de nouveaux forages pétroliers (Total) ou l’extension des mines de lignite (RWE). Pris isolément, Lampiris, Poweo, Essent et Luminus affichent de meilleurs résultats que leur maison mère respective, alors qu’Electrabel fait moins bien que sa maison mère Engie."

Pour la France, Greenpeace a dévoilé un classement similaire avec les fournisseurs "verts" français. L'ONG a distingué trois fournisseurs "vraiment verts", six "en bonne voie", quatre "à la traîne" et six "vraiment mauvais". Le guide développé par Greenpeace en France est disponible à l'adresse guide-electricite-verte.fr.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK