Ghosn nomme un co-PDG pour l'épauler chez Nissan après son arrivée à la tête de Mitsubishi Motors

Le président de Nissan Carlos Ghosn avec le patron de Mitsubishi Motors, Osamu Masuko, à l'issue d'une conférence de presse à Yokohama le 12 mai 2016
2 images
Le président de Nissan Carlos Ghosn avec le patron de Mitsubishi Motors, Osamu Masuko, à l'issue d'une conférence de presse à Yokohama le 12 mai 2016 - © Toshifumi KITAMURA

Le PDG de l'alliance Renault-Nissan, Carlos Ghosn, a annoncé jeudi la nomination d'un Japonais pour l'épauler chez Nissan et lui permettre de se consacrer au redressement de Mitsubishi Motors Corporation (MMC).

C'est son actuel numéro deux et directeur de la compétitivité, Hiroto Saikawa, qui est promu à ce poste de co-PDG.

"Je ne pense pas qu'il s'agisse d'une mise en retrait de ma part. Ce que je dis, c'est que j'aurai besoin de temps pour soutenir MMC", a déclaré M. Ghosn lors d'une conférence de presse à Tokyo.

Nissan avait annoncé un peu plus tôt avoir bouclé le rachat d'une participation de 34% dans son compatriote Mitsubishi Motors pour quelque 2,1 milliards d'euros, quelques mois après avoir volé à son secours, en plein scandale de fraude.

L'urgence est à la remise sur pied de Mitsubishi Motor

"Nous faisons un grand pas en avant, nous devons adapter notre organisation" afin de "ne pas relâcher notre attention sur la performance de Nissan", a justifié son PDG.

Carlos Ghosn compte en effet jouer un rôle de premier plan en tant que président du conseil d'administration de MMC, même s'il nie tout rôle opérationnel.

L'urgence, a-t-il dit, est à la remise sur pied de Mitsubishi Motors, qui avait avoué au printemps avoir falsifié les performances énergétiques de véhicules.

Outre l'impact financier de cette affaire, qui devrait se traduire par une lourde perte nette pour le constructeur cette année, MMC va devoir s'efforcer de restaurer son image, déjà entachée par une précédente affaire de dissimulation de défauts dans les années 2000.

"C'est la priorité numéro un", a insisté M. Ghosn qui espère ainsi réitérer l'expérience conduite au début des années 2000 pour sauver un Nissan au bord de la faillite.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK