Fusion Disney- 21st Century Fox: un mastodonte de 80 milliards de dollars de revenus annuels

Les comptes trimestriels du groupe américain Walt Disney ont été publiés hier soir aux États-Unis, quelques jours à peine après que les actionnaires de Disney ont approuvé la fusion avec la 21th Century Fox. 

Les résultats sont un peu inférieurs aux attentes, essentiellement à cause d’une hausse des coûts de programmation et aussi d’une baisse sensible du nombre d’abonnés à la chaîne de sport ESPN. En revanche, les studios de cinéma cartonnent. On note aussi des bénéfices en hausse de 11% grâce à la sortie de deux films pendant le trimestre : Avengers Infinity War et Les Indestructibles 2.

Ce résultats ne découlent pas de cette grosse fusion-acquisition puisque l’opération n’a été approuvée par les actionnaires des deux sociétés qu’à la fin du mois de juillet. Il faudra du temps pour la mettre en place, plusieurs mois certainement.

Un mastodonte

La fusion des actifs de Walt Disney et ceux de la 21st Century Fox  vont ressembler à un mastodonte. Plus de 80 milliards de dollars de revenus annuels cumulés, mais surtout, cette fusion va permettre à Disney de mettre la main sur de véritables pépites dans la production télévisuelle d’un côté et la production cinéma avec les fameux studios 21st Century Fox.

Cette fusion donnera au groupe un portefeuille de marques et de contenus essentiel pour se démarquer de la concurrence. C’est la conviction de Bob Iger, le PDG de Disney: "Nous sommes convaincus que nous avons les marques et les contenus qu’il faut pour être très compétitif et prospérer face à des concurrents comme Netflix, Amazon et d’autres. Et en ajoutant les actifs de Fox à Disney, Marvel, Pixar, Lucasfilm et ABC, nous allons rendre notre stratégie d’accès direct aux consommateurs plus convaincante."

Faire face à la montée du streaming

L’accès direct aux consommateurs, c’est la clé pour Disney. La fusion avec la Fox, avec 71 milliards de dollars mis sur la table par Disney, c’est avant tout un mouvement stratégique pour faire face à la montée en puissance phénoménale du streaming.

Et là, il faut des contenus en béton comme l'explique Bob Iger: "Les films de la 21st Century Fox nous donnent l’opportunité de nous associer et de croître avec des franchises iconiques, comme Avatar, X-Men, La Planète des singes, Kingsman et bien d’autres. Nous sommes très impatients d’utiliser ces actifs pour améliorer et accélérer notre accès direct aux consommateurs."

Pour cela, Disney a décidé il y a quelques mois de stopper le contrat qui l’unissait à Netflix et de se lancer dans la construction en 2019 d’une plateforme vidéo à la demande made in Disney.

Et dans l’escarcelle de la Fox, il y a aussi une participation de 33% dans le service de streaming Hulu, LE concurrent de Netflix aux États-Unis.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK