France : un 1er mai syndical encore sous Covid-19, mais à nouveau dans la rue

Des manifestants rassemblés devant la tour Montparnasse à Paris, le 1er mai 2019
3 images
Des manifestants rassemblés devant la tour Montparnasse à Paris, le 1er mai 2019 - © Martin BUREAU

Du muguet et des manifestations : pour la deuxième année consécutive, les syndicats célèbrent samedi la journée internationale des travailleurs à l’aune du Covid-19, mais cette fois la mobilisation sociale reprend des airs classiques dans la rue en France.

"L’an dernier, il y a eu de la frustration de ne pas pouvoir défiler. Nous reprenons nos bonnes habitudes", se réjouit le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, après un 1er mai 2020 confiné. Et d’affirmer qu’il n’est pas question de "sonner le réveil" des mobilisations sociales car "les colères sont déjà bien là", dans un entretien à l’Humanité vendredi.

La centrale de Montreuil a appelé, avec FO, la FSU et Solidaires à faire du 1er mai une "journée de mobilisation et de manifestations", "pour l’emploi, les salaires, les services publics, la protection sociale, les libertés et la paix dans le monde".

100.000 manifestants attendus

La CGT, qui "espère du monde", comptabilisait vendredi près de 300 manifestations dans l’Hexagone, notamment à Nantes, Marseille ou encore Lyon, qui se tiendront dans le respect des consignes sanitaires.

Les autorités s’attendent à environ 100.000 manifestants sur l’ensemble du territoire. En 2019, le ministère de l’Intérieur avait comptabilisé 164.000 manifestants et la CGT 310.000.

A Paris, le cortège partira à 14h de la place de la République en direction de celle de la Nation, à l’appel des quatre organisations syndicales et des mouvements de jeunesse Unef et UNL. Le numéro un de la CGT et son homologue de FO Yves Veyrier défileront côte à côte.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK