France: guerre des chiffres autour de la mobilisation

RTBF
RTBF - © RTBF

Jeudi de grève et de manifestations en France : la réforme des retraites, avec un recul de l'âge légal de départ de 60 à 62 ans, a fait bondir l'opposition de gauche et les syndicats. La mobilisation était "au rendez-vous" pour les syndicats, "en baisse sensible" pour le gouvernement.

Le projet du gouvernement français s'inscrit dans un mouvement général en Europe : il s'agit de reculer l'âge minimal du départ à la retraite. L'espérance de vie augmente, il faut donc travailler plus longtemps pour financer le système : c'est le raisonnement du gouvernement.

Légalement, cet âge est actuellement fixé à 60 ans en France. Le gouvernement entend le porter à 62 ans en 2018 en le reculant de quatre mois par an.

L'âge légal est celui à partir duquel on touche une retraite pleine, à condition d'avoir une durée de cotisation suffisante. Cette durée passera ainsi de 40,5 ans à 41 ans et trois mois en 2013. En outre, ce ne sera qu'à 67 ans, contre 65 ans aujourd'hui, qu'on percevra une retraite pleine, même si cette durée de cotisation n'est pas atteinte.

Afin de ne pas faire peser tout le poids de la réforme sur les travailleurs, le projet gouvernemental prévoit aussi de nouveaux impôts et taxes pour 4 milliards d'euros par an sur les contribuables les plus riches.Syndicats et opposition de gauche critiquent la réforme car selon eux, elle fait peser l'essentiel de la charge du financement futur des retraites sur les salariés les plus modestes.

Mobilisation : les syndicats disent avoir gagné leur pari, le gouvernement se félicite du reflux

Cette nouvelle journée de grève à l'appel des syndicats est la deuxième en moins de trois semaines que le gouvernement et le président Nicolas Sarkozy doivent affronter en moins de trois semaines. Le 7 septembre, les syndicats avaient fait descendre dans la rue entre 1,1 et 2,7 millions de manifestants selon les estimations respectives du ministère de l'Intérieur et des organisateurs. Nicolas Sarkozy avait alors annoncé quelques aménagements. Le bras de fer avec le gouvernement se poursuit donc. Ce jeudi, 232 manifestations étaient organisées et au total, selon la  CFDT, 2,9 millions de manifestants ont marché contre la réforme, alors que ce syndicat en annonçait 2,5 le 7 septembre.

Par contre, pour le gouvernement, il y a "baisse sensible du nombre de manifestants et de grévistes", la police a annoncé 997 000 manifestants seulement en tout, une baisse par rapport au 7 septembre. Ce que l'entourage du président présente comme la conviction soit qu'il n'y a plus rien à faire, soit que les Français commencent à comprendre tout le bénéfice de la stratégie gouvernementale.

Balle au centre

Après son adoption par l'Assemblée nationale, l'examen de la loi de réforme va bientôt débuter au Sénat. Par la voix de son ministre du Travail Eric Woerth cité par Le Monde, le gouvernement a fait savoir qu'il ne reviendrait pas sur "le coeur de la réforme", à savoir le recul de l'âge de légal de départ de 60 à 62 ans.

Mais l'UMP aura besoin des voix des sénateurs centristes pour faire passer la réforme est ceux-ci ont déjà dit qu'il déposeraient certains amendements. Ainsi, ils pourraient relayer les revendications des syndicats, comme le maintien d'une retraite pleine à 65 ans pour certaines catégories comme les femmes ou ceux qui ont commencé à travailler jeunes.

Perturbations sur le rail et dans les airs

Les perturbations affectaient essentiellement la circulation des trains et des avions, ainsi que le fonctionnement d'écoles, certaines restant fermées.
Dans les aéroports, les voyageurs connaissaient une journée noire, avec généralement l'annulation de 40% des vols, jusqu'à 50% à l'aéroport parisien d'Orly (contre 25% le 7 septembre).
En revanche, le rail était moins touché : la société SNCF prévoyait de faire rouler un train à grande vitesse (TGV) sur deux, mais le trafic international était quasi-normal. La direction a recensé 37% de grévistes et les syndicats près de 50%, en léger recul.
Avec AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK