France: des "gilets jaunes" moins nombreux ciblent les autoroutes et les dépôts de carburant

Action de "gilets jaunes" à La Rochelle le 19 novembre 2018
4 images
Action de "gilets jaunes" à La Rochelle le 19 novembre 2018 - © XAVIER LEOTY

"Nous aussi on tient le cap!": une partie des "gilets jaunes" a décidé lundi de poursuivre les opérations de blocage pour une troisième journée ciblant principalement des autoroutes mais aussi des dépôts pétroliers, alors que le gouvernement se montre inflexible face à la grogne.

La mobilisation "n'a évidemment pas la même ampleur que samedi", a indiqué sur CNews le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, Laurent Nuñez.

Près de 110 actions étaient recensées lundi matin, selon une source policière, loin des 290.000 manifestants comptabilisés samedi sur plus de 2.000 sites par le ministère.

Mais certains se montrent déterminés à rester de jour comme de nuit. Sébastien, technicien aéronautique de 21 ans, a passé la nuit près du dépôt de Lespinasse au nord de Toulouse, bloqué par des camions lundi matin: "C'était important de rester cette nuit, on n'a rien obtenu", affirme-t-il.

D'autres accès à des dépôts pétroliers ont été ciblés par les gilets jaunes, à Vern-sur-Seiche, près de Rennes, et Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), a indiqué le groupe Total à l'AFP, ainsi qu'à Portes-lès-Valence (Drôme) et La Rochelle.

"Je fais 90 km tous les jours et ma femme ne travaille pas. On vit avec mon seul salaire. On dépense 150 euros d'essence par mois, ça devient insoutenable", a confié Fabien, près du dépôt de Fos.

 

Des "Gilets jaunes" bloquent un dépôt pétrolier à Vern-sur-Seiche, en Bretagne:

Édouard Philippe jugé inflexible

Droite et gauche ont critiqué lundi un Premier ministre jugé inflexible après son interview sur France 2 au cours de laquelle Edouard Philippe a assuré qu'il tiendrait "le cap" même s'il a dit avoir entendu la "colère" et la "souffrance" des manifestants.

A l'initiative de ce mouvement protéiforme et sans leader identifié: des membres de la société civile qui ont appelé sur les réseaux sociaux à des actions contre la hausse du prix des carburants.

Puis finalement les motifs de grief se sont élargis à une dénonciation plus globale de la politique du gouvernement en matière de taxation et à la baisse du pouvoir d'achat.

Franck Buhler, responsable Debout la France dans le Tarn-et-Garonne, et l'un des initiateurs du mouvement, a lancé dimanche un appel vidéo sur Facebook pour de nouvelles actions de blocages samedi prochain, notamment à Paris.

Barrages de gilets jaunes à Maubeuge (département du Nord) - direct dans notre JT 13h:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK