France : 611 bitcoins vendus ce mardi aux enchères pour la première fois

Grande première en France, depuis ce matin 9 heures, à lieu la première vente aux enchères de bitcoins saisis dans le cadre d’une enquête judiciaire dans une affaire de cybercriminalité. 611 Bitcoins sont donc vendus au plus offrant sur le site internet : interencheres.

Une véritable vente aux enchères traditionnelle pour les 611 Bitcoins saisis qui ne valent pas loin de 30 millions d’euros. On est évidemment très loin des débuts de cette cryptomonnaie, quand elle ne valait quasi rien, comme c’était le cas en mai 2010.

Petite anecdote racontée pendant un webinaire récent par Jean-Luc Walem, un spécialiste de la technologie derrière le bitcoin, la blockchain : "Deux programmeurs de bitcoin, donc deux développeurs, sont parvenus à convaincre quelqu’un de leur livrer deux pizzas en échange de 10 000 bitcoins. Ce 22 mai reste donc un jour mémorable, on appelle ça le " pizza day ". Pour la petite histoire, les 10 000 bitcoins valent aujourd’hui à peu près 500 millions de dollars. Pour deux pizzas, ça fait quand même cher la pizza".


►►► À lire aussi : Le bitcoin, c’est quoi exactement ? Est-ce une monnaie ? Est-ce intéressant comme investissement ?


Engouement des investisseurs

L’envolée du cours du bitcoin est donc spectaculaire, mais qu’est-ce qui explique cet engouement des investisseurs ? Est-ce que c’est la spéculation ? Pas mal d’éléments entrent en compte, comme la méfiance, par exemple, de certains investisseurs vis-à-vis des monnaies traditionnelles — l’euro, le dollar, etc. L’attention des médias grand public joue un rôle aussi, l’investissement récent de Tesla dans le Bitcoin certainement aussi, mais également la flambée spéculative, évidemment.

"Tout le monde veut faire de l’argent facilement. C’est l’appât du gain qui attire le quidam de la rue", c’est ce que nous explique Patrick Menache, professionnel de l’immobilier bien connu à Bruxelles. L’homme a lui-même investi dans le bitcoin, mais dit-il, c’était il y a très longtemps. "Tout au début".

Patrick Menache estimait-il à l’époque que cette monnaie virtuelle méritait d’y investir de l’argent ? "Non, je me suis dit que c’était une monnaie numérique, encore une arnaque de certains informaticiens banquiers qui veulent tirer la couverture vers eux et qui trouvent un système pour attirer le quidam, celui qui ne maîtrise pas les outils financiers". Ce professionnel de l’immobilier a pourtant investi, et même, dit-il, réalisé une belle plus-value à l’époque. Sans doute regrette-t-il un peu aujourd’hui de ne pas avoir gardé les bitcoins achetés à l’époque.

La rareté

Pour comprendre l’explosion à la hausse du bitcoin, il faut aussi intégrer un autre élément : la rareté. Le nombre de bitcoins en circulation est limité. L’entrepreneur Jean-Paul Rosette l’a rappelé lors d’un webinaire récent. "C’est une monnaie qui est finie, c’est-à-dire que l’algorithme ne permettra pas plus que la création de 21 millions de bitcoins et nous sommes aujourd’hui actuellement à 18,5 millions qui ont été minés, qui ont été créés. On a donc fait la grosse partie. Il faut savoir qu’aujourd’hui, il y a minimum trois millions de bitcoins qui ont été perdus, c’est-à-dire qu’on n’a plus les clés, que des gens n’ont plus trop fait attention parce qu’ils les avaient achetés pour rien et ils n’ont plus regardé". C’est d’ailleurs la mésaventure qui est arrivée à un programmeur informatique vivant à San Francisco. Il a perdu son mot de passe et ne parvient plus à remettre la main sur les quelque 7 000 Bitcoins qu’il a reçus en 2011. Valeur du jour : plus de 320 millions d’euros. Il y a de quoi faire quelques cauchemars pendant la nuit.

Un investissement risqué ?

Le bitcoin est donc rare et cher. Par ailleurs, quand on regarde l’évolution du cours au fil des années, on constate que comme actif il est très volatile. D’ailleurs, le chef économiste de BNP Paribas, William de Vijlder, rappelle dans une note publiée il y a quelques jours qu’il faut être très prudent vis-à-vis du Bitcoin parce que, dit-il notamment, la valeur fondamentale du bitcoin est très difficile, sinon impossible à déterminer.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK